Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :La part de Hitler dans la persécution des Juifs par Vichy
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Débats

La part de Hitler dans la persécution des Juifs par Vichy



à propos d’un livre d’Alain Michel



Le livre

Le débat s’engage sur Livres de guerre et sur le forum beige

avant-première : un point de vue d’Henry Rousso

De Poliakov à Alain Michel de Francis Deleu le lundi 19 mars 2012 à 16h54

Le livre (...) me fournit le prétexte pour reproduire un message de Henry ROUSSO à propos de la phrase de Léon POLIAKOV :

Du sort relativement plus clément de la communauté juive de France, Vichy fut, en fait, le facteur prépondérant (Bréviaire de la haine, p. 211)

Cette phrase fut très largement commentée sur notre site et reprise plus tard sur le forum de François Delpla. En novembre dernier, Michel Boisbouvier sollicita l’avis de Henry Rousso. La réponse de l’historien publiée telle qu’elle fut publiée sur le forum de François :

Tout d’abord, un livre d’histoire recèle une unité, qui tient à son contexte. Ce n’est pas juste une base de données qui s’actualise au gré des recherches. Le livre de Poliakov, même dans ses rééditions, doit plus être aujourd’hui considéré comme un document que comme une référence. Ensuite, pour être plus complet sur son jugement sur Vichy, il faut aussi lire ce qu’il dit au chapitre 2, et qui est quelque peu en contradiction avec le passage que vous citez. En réalité, il lui manque beaucoup d’éléments qui lui font répéter la vulgate de l’époque, dite aussi bien à Nuremberg qu’au procès Eichmann : "Vichy a sacrifié les juifs étrangers pour sauver les juifs Français", idée reprise par Hilberg dont le chapitre sur la France est mauvais et ignore en grande partie les recherches de Klarsfeld.

Or cette assertion est fausse. Vichy a repéré, fiché, volé et exclu les juifs français comme étrangers (les lois, qui ont aggravé considérablement leur sort) puis a accepté de livrer les juifs étrangers lors du lancement de la Solution finale en France, les Allemands ayant décidé de procéder par étapes et n’exigeant alors ni les juifs Français, ni les moins de 16 ans (sur ce dernier point, Vichy a fait du zèle puisqu’il a livré les enfants). Puis, devant les réactions d’hostilité de la population et du clergé, il a reculé, en avril 1943, devant une livraison massive des juifs français via une dénaturalisation massive exigée des Allemands qui voulait accélérer le processus. Il s’agissait d’un choix politique et non d’un choix humanitaire. L’occupation s’étant globalement terminée à compter de l’été 1944, les juifs français ont été épargnés par comparaison à d’autres communautés. Les raisons pour lesquelles le taux de mortalité est beaucoup plus bas qu’ailleurs tient autant aux choix tactiques de Allemands (et à leur manque de temps - cf la Hongrie) et à des circonstances autres (grand pays, protections nombreuses, éparpillement des familles après l’exode, la zone italienne, faiblesse des effectifs policiers, etc.) qu’aux choix politiques de Vichy, excepté, c’est vrai, l’existence provisoire d’une zone libre, laquelle disparaît à peine quelques mois après le début des déportations (sur ces questions, je vous renvoie à mon ouvrage Le Régime de Vichy, en QSJ ?, mais que vous connaissez déjà.)



Une mise au point de Nicolas Bernard

sur l’une des affirmations les plus discutables d’Alain Michel : la police française de zone nord aurait été juridiquement tenue de participer aux arrestations opérées par l’occupant, s’il lui demandait son concours.

De retour sur les rafles de 1941-1942 de Nicolas Bernard le mardi 20 mars 2012 à 19h12

(...)

J’évoquais pour ma part la foutaise juridique - parce que c’en est une, et carabinée - consistant à prétendre que la Convention de La Haye donnait les pleins pouvoirs aux autorités d’occupation en zone occupée. C’est faux et archi-faux : ces dernières, en vertu des stipulations combinées de la Convention de La Haye de 1907 et de la convention d’armistice, ne pouvaient utiliser directement l’administration d’un pays occupé que dans l’unique hypothèse du maintien de l’ordre et de la sécurité de ses propres troupes, et dans la mesure du possible sans violer la législation du pays occupé.

Dès lors, il est totalement inepte d’écrire que "l’administration d’un territoire occupé était tenue d’obéir à l’autorité de fait, c’est à dire les occupants". Ce type de sottise n’est en fait qu’un lieu commun de la propagande vichyste qui se déploie depuis l’Epuration. (...)

> En > 1941, (Mai et août) ils ne demandent pas l’avis du > gouvernement français, et dans ce cas, les juifs français > ne sont pas épargnés.

Faux pour la première rafle, et très incomplet pour la suivante :

1) Vichy a été informé à plusieurs reprises, du 26 mars au 4 avril 1941, par les Allemands de la rafle qu’ils projetaient le mois suivant. Comme l’écrira le Préfet Ingrand, représentant du Ministère de l’Intérieur en zone occupée, le 6 juin 1941, "au cours de la visite que j’ai eu l’honneur de vous faire le 5 avril dernier, je vous ai exposé que, le 26 mars précédent, M. le Directeur ministériel Dr. Best m’avait exprimé le désir du Commandant des forces militaires allemandes en France de voir la loi du 4 octobre 1940 recevoir son exécution et, d’une manière générale, le Gouvernement français prendre les mesures nécessaires pour assurer l’expulsion ou l’internement des Juifs étrangers résidant en territoire occupé" (cité dans Klarsfeld, op. cit., p. 21). Ingrand poursuit en précisant que l’opération a été exécutée : 3.733 Juifs arrêtés par la Préfecture de Police ont été internés à Pithiviers et Beaune-la-Rolande. "J’ai chargé M. le Préfet du Loiret de l’administration de ces camps. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de toutes nouvelles mesures qui pourraient être décidées au sujet de ces internements." Bref, la rafle du 14 mai 1941 résulte d’une demande allemande formulée à Vichy. Et Vichy obtempère.

2) Il y a lieu de préciser que cette sollicitation des autorités allemandes, à laquelle vont obtempérer les forces de police, constituait en fait une demande d’exécuter en zone occupée la loi française du 4 octobre 1940 prévoyant l’internement de ressortissants étrangers de par leur seule qualité de Juifs, texte législatif qui avait fondé l’internement en zone pseudo-libre de 20.000 Juifs (de mémoire).

3) La rafle du 20 août 1941 est effectivement opérée sur instruction allemande à la Préfecture de Police sans avertir préalablement Vichy.

Mais il importe de ne pas adopter de lecture simpliste de cet épisode qui scinderait Vichy, d’une part, les Allemands, d’autre part, et une administration de zone occupée tiraillée entre ces autorités, dans une troisième part. Comme l’a bien montré Gael Eismann (Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée 1940-1944, Tallandier, 2010), les autorités administratives françaises de zone occupée avaient été encouragées par Vichy à collaborer avec les Allemands sur certaines matières telles que la "question juive". Parallèlement, le régime n’avait pas toujours incité ses Préfets à résister aux incursions allemandes. S’est en fait créée une dynamique, tant en amont qu’en aval, consistant à donner une interprétation extensive de la Convention de La Haye et de la convention d’armistice (les Allemands ont gagné, donc on obéit) et à ne pas s’opposer, en conséquence, aux initiatives nazies. Et lorsque, en certaines hypothèses, Vichy a fait mine de résister, il est vite rentré dans le rang.

Cette politique était d’autant plus acceptée, en fait, qu’elle correspondait à des choix idéologiques convergeant avec les desseins du Reich. Bref, comme l’écrit Mme Eismann (ibid., p.319-320), "contrairement à ce qui a pu se produire en Belgique occupée notamment, le M.B.F. savait qu’il pouvait compter sur le soutien de Vichy dès lors que la répression s’orientait prioritairement contre les communistes et les Juifs, épargnant la population dans son ensemble mais aussi les notables. Aussi, la singularité du régime de Vichy n’est sans doute pas étrangère à l’orientation idéologiquement plus marquée de la politique répressive adoptée par l’appareil militaire allemand en France occupée."

Pour revenir à la rafle du 20 août 1941, il s’avère que Vichy a effectivement protesté. Mais pas pour des motifs humanitaires. Comme le révèle le rapport d’Ingrand, ce dernier s’est plaint aux Allemands sur deux points précis : la rafle a également visé des Juifs français (pas un mot sur les Juifs étrangers, en revanche), et surtout, n’a pas été effectuée en coordination avec Vichy. Ce qui motive surtout le mécontentement d’Ingrand n’est pas la rafle en elle-même, mais le fait que la Préfecture de Police a été informée le 18 août, et lui-même deux jours plus tard : "Un tel manque de liaison entre la Préfecture de Police et la Délégation du Ministre de l’Intérieur est susceptible de présenter de graves inconvénients, s’agissant surtout d’une opération d’envergure posant sur le plan gouvernemental d’importantes questions de principe". Ingrand relate ensuite sa visite aux autorités allemandes : "J’ai souligné la nécessité d’une étroite liaison entre les services de l’Hôtel Majestic et la Délégation du Ministère de l’Intérieur pour toutes les opérations de police d’une certaine importante. J’ai demandé que les autorités de police françaises reçoivent des ordres écrits émanant de l’autorité allemande. On m’a répondu que des instructions précises seraient données en ce sens et qu’on était entièrement d’accord avec moi pour éviter que des fonctionnaires subalternes non qualifiés ne donnent directement des instructions au Préfet de Police" (Klarsfeld, op. cit., p. 28). Ingrand ne trouve d’ailleurs rien à redire au sort des Juifs, se bornant à signaler que 200 intellectuels juifs ont été arrêtés, car "considérés comme ayant une part importante de responsabilité dans la campagne de sabotage actuellement entreprise".

(...)

Rappelons que René Bousquet, le 18 septembre 1942, a autorisé les Allemands à déporter du camp de Pithiviers un millier de Juifs français trois jours plus tard (540 français de naissance, presque tous les autres étant naturalisés français), et 540 autres Juifs français, le 23 septembre, de Drancy. Un fait qui contredit radicalement la théorie - d’ailleurs moralement foutraque - consistant à remercier Vichy d’avoir sacrifié les Juifs étrangers en "épargnant" les Juifs français (déjà exclus de la société, mis à la rue, expropriés, ce par tout un appareil législatif élaboré à partir de l’automne 1940, faut-il le rappeler).

La vérité est que les Juifs français allaient probablement y passer, mais Vichy a progressivement fait machine arrière pour tenir compte des protestations de l’opinion publique, et après avoir constaté qu’il était vain de la réprimer. Ce qui n’a d’ailleurs pas empêché ce gouvernement d’aller jusqu’au bout de sa promesse de livrer des Juifs étrangers.



Mouais de Nicolas Bernard le mercredi 28 mars 2012 à 17h51

J’ai fini par lire le livre. Pas le temps d’en recenser les nombreux défauts que je lui trouve - à commencer par un appareil de références quasi-inexistant, et aucun document nouveau de nature à remettre en cause ceux qui existent déjà, qu’Alain Michel réinterprète à sa sauce. Quelques très brèves remarques en vrac sur ce qui me semble le plus important :

1) Contrairement à ce que je m’imaginais avant de procéder à une lecture totale du livre, son auteur ne verse pas dans la propagande vichyste. Il est là pour faire de l’Histoire, pas pour réhabiliter l’Etat français. Pour autant, il est absolument remarquable que bien des poncifs et des citations reproduites dans quantité de textes pro-vichystes (jusqu’au propos malheureux d’Annie Kriegel tiré du livre Ce que j’ai cru comprendre) se retrouvent dans son propre ouvrage. Alain Michel se montre d’ailleurs très indulgent envers pareille prose, comme l’illustrent ses allusions, finalement sympathiques sous couvert d’objectivité, à l’amiral Auphan ou à René de Chambrun. Dans une certaine mesure, difficile à déterminer, on ne peut exclure que cet historien ait été influencé par ce "courant", non par sympathie idéologique, mais peut-être pour résoudre ses propres interrogations - et accessoirement charger Paxton et Klarsfeld. Il est au demeurant consternant de retrouver, sous la plume d’un historien, ce splendide bobard vichyste selon lequel l’administration française de zone occupée était automatiquement soumise, quelle que soit la matière, aux desiderata de l’occupant...

2) L’auteur ne procède à aucune analyse en profondeur de l’historiographie qui le précède. Il se contente de distribuer les bons points aux "visionnaires" (qui seraient donc Hilberg, Poliakov, voire Billig) tout en envoyant au piquet le trio Klarsfeld-Paxton-Marrus. Ni les évolutions de Poliakov, ni les incohérences persistantes de Hilberg, ni même le contexte mémoriel et documentaire dans lequel ils ont publié leurs premiers travaux ne sont étudiés.

3) L’ouvrage n’apporte guère de nouveauté, sauf sur un élément de taille, qui pour le coup me convainc, à savoir l’assimilation, par Vichy, de Juifs français à des Juifs étrangers dès lors qu’ils sont enfants de Juifs étrangers ou Juifs naturalisés. En revanche, et contrairement à ce que j’ai pu lire ailleurs, la distinction vichyste Juifs étrangers - Juifs français est opérée depuis des années par l’historiographie. La comparaison de la France et des autres pays d’Europe a déjà été faite, y compris par Paxton - il suffit de se reporter au magnifique ouvrage de Laurent Joly sur le Commissariat général aux Questions juives pour s’en convaincre. Les considérations d’Alain Michel sur cette problématique sont d’ailleurs entièrement tributaires du seul livre de Raul Hilberg, ce qui l’amène à négliger - particulièrement dans le cas hongrois en 1944 - la part d’initiative locale dans le cycle des déportations. Quant à prétendre que Vichy souhaitait en priorité se débarrasser des Juifs étrangers, c’est là une affirmation qui n’a rien de neuf, déjà formulée par Serge Klarsfeld et Asher Cohen.

4) La stratégie de l’occupant n’est pas analysée. Pour le coup, Alain Michel emprunte beaucoup trop... à Klarsfeld, qui décrit l’appareil nazi en France comme un panier de crabes soumis à des ambitions incompatibles, entre "modérés" et "extrémistes". Quoique décochant une pique venimeuse au livre de Gael Eismann (Hôtel Majestic, Tallandier, 2010), M. Michel montre surtout - involontairement certes - qu’il n’a certainement ni assimilé, ni même compris ses apports, tant en ce qui concerne la manière dont Vichy et son administration concevaient leur subordination ou leur autonomie envers l’Allemagne, qu’en ce qui intéresse l’interaction entre l’idéologie vichyste et les calculs stratégiques des autorités d’occupation. L’ouvrage de Mme Eismann jette d’ailleurs une lumière autrement plus convaincante sur la portée de la Convention de La Haye, et son interprétation par les Allemands aussi bien que par l’Etat français : une telle analyse historique, au-delà des considération juridiques, me semble infiniment plus pertinente que la sottise d’une soumission au-to-ma-ti-que (pour paraphraser quelqu’un) de nos Préfets et de nos flics aux Allemands en Z.O.

5) S’agissant de la thèse elle-même (Vichy aurait sacrifié les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français), elle ne me convainc toujours pas. La reconstitution des négociations - et de leurs conséquences - de l’été 1942 demeure franchement discutable. L’exemple des convois de Pithiviers du 21 septembre 1942 et de Drancy du 23 septembre 1942, pourtant de nature à faire voler en éclats la théorie précitée, n’est même pas évoqué, sinon par une simple mention indiquant que les Allemands voulaient remplir leurs quotas.

6) Les interrogations de l’auteur sur les inquiétudes de Laval au regard de l’opinion publique ne sont pas sérieuses. Mais il est vrai que la prise en compte d’un tel facteur par les responsables de Vichy n’est pas étudié par l’auteur, qui ne cherche d’ailleurs nullement à replacer la "question juive" dans la liste des préoccupations de Vichy en 1942. Or, s’il le faisait, il s’apercevrait que les réticences de Pétain et Laval à livrer des Juifs français aux nazis, non seulement découlent de leur inquiétude devant les réactions de l’opinion, mais encore peuvent très bien s’analyser comme une forme de marchandage dans le cadre de négociations d’ordre plus global : "Pas d’inquiétude, Monsieur le Maréchal, je ne céderai pas sur les Juifs français tant que je n’aurai rien obtenu sur les prisonniers de guerre et les ouvriers qui partent en Allemagne". Enfin, pour expliquer les réticences de Vichy à livrer des Juifs français après l’été 1942, Alain Michel néglige trois petits détails qui s’appellent El Alamein, Stalingrad et Torch.

Bref, il y aurait beaucoup à dire (sur la connaissance, par Vichy, du sort des déportés, ou sur le sauvetage des Juifs de France), mais faute de temps je m’en tiendrai là. Un tel livre, sans être - heureusement - le pamphlet pro-vichyste que je redoutais, est indéniablement dans le vrai lorsqu’il soutient que Vichy a traité différemment les Juifs étrangers et les Juifs français : rien de nouveau sous le soleil. Surtout, Vichy et la Shoah apparaît manifestement bâclé sur tous les points qu’il aborde, et sans convaincre sur l’essentiel, à savoir l’inepte théorie du sauvetage des Juifs de France par l’Etat français. Ce livre, loin d’apporter du nouveau sur une thématique bien balisée, constitue en fait une régression des plus déplorables.



Grains de sel

Justement de françois delpla le jeudi 29 mars 2012 à 16h52

Il faudrait cesser de régler des comptes et d’opposer des auteurs -les problèmes des années 40 sont suffisants, n’y ajoutons pas des querelles aussi ultérieures que livresques.

Il y a incontestablement des progrès à faire par rapport à la dichotomie "Le gouvernement les livre, la population les sauve". Les travaux de Limore Yagil notamment seraient à voir de plus près (j’y songe). D’autre part, je maintiens que les considérations sur l’antisémitisme à la française façon Drumont, inspirant Vichy sans qu’il ait besoin du Troisième Reich, sont une errance commune à Paxton, Klarsfeld et Michel.

A toutes fins utiles, je signale que Michel Boisbouvier vient d’entrer dans l’arène, en tirant abusivement Alain Michel à lui.


de françois delpla le jeudi 29 mars 2012 à 22h05

Ce n’est pas moi qui dis que la tradition antisémite française n’a rien à voir avec Vichy, ce sont Paxton, Klarsfeld et Michel qui ont tendance à expliquer essentiellement, et parfois exclusivement, les persécutions par elle, en passant sous silence le désir de séduire l’occupant le plus antisémite de l’histoire.


de françois delpla le mardi 10 avril 2012 à 06h26

Vichy savait bien, lorsqu’il livrait un Juif, prêtait pour l’arrêter sa police nullement tenue d’obéir au pouvoir étranger sur des questions non sécuritaires, ou le laissait rafler par les Allemands, que ce Juif tombait aux mains d’un gouvernement des plus antisémites et des plus violents.

Dans la mesure où le gouvernement du maréchal ne se vivait pas comme complètement fantoche et condamné à obéir, il avait des questions à se poser et au premier chef celle de la sécurité et de la survie des populations. Il l’a toujours subordonnée au mirage, qui se dérobait sans cesse, de la recherche d’une entente avec l’ennemi.

Or il a toujours justifié son existence par le souci desdites sécurité et survie.

Son mensonge est là : il s’affublait de l’étiquette de protecteur alors qu’il n’était que le gardien du poulailler, laissant un maître décider du moment et de l’opportunité de l’abattage.


sur le beige

François Delpla

MessagePosté : Lun Mai 14, 2012 5:22 pm Je souhaiterais rappeler une chose : nous cherchons à débattre de points d’histoire, et non à acclamer ou huer des auteurs en les trouvant tout bons ou tout mauvais.

Je suis conscient des faiblesses du livre d’Alain Michel, j’en ai moi-même relevé quelques unes et son préfacier lui-même, Richard Prasquier, est rien moins qu’enthousiaste. Mais Michel inscrit son propos dans une critique de la position commune à Klarsfeld et à Paxton, et cette critique m’apparaît tout à fait fondée. Pour ne prendre qu’un exemple : lorsque Vichy concède verbalement à l’occupant que la déportation des Juifs étrangers n’est qu’une étape et que le tour des Français viendra plus tard, on a tort de voir là une complicité dans l’antisémitisme. Il est de fait que Vichy essaye de sauver des gens, et essaye de se persuader qu’il y arrive, au besoin en lâchant du lest et en gagnant du temps : n’est-ce pas là sa raison d’être et n’a-t-il pas besoin tous les matins de croire que ça marche pour pouvoir se regarder dans la glace ? Ce qu’il conviendrait au contraire de souligner (ce que ne fait pas A Michel), c’est que ces sauvetages à la petite semaine ne sont pas moins voulus et pilotés par le Reich que les livraisons de Juifs.

Nous sommes plus que jamais devant une littérature qui oublie Hitler et toute son habileté retorse. Ni Paxton ni Michel ne semblent avoir encore lu la thèse de Barbara Lambauer sur Abetz ou du moins, dans celle-ci, le recensement de ses séjours en Allemagne pour se concerter avec le Führer ou avec Ribbentrop. S’il y a une question que Hitler suit de près, c’est bien l’occupation de la France et c’est pour cela qu’elle est si productive, à si peu de frais, jusqu’au bout du bout. Tout se passe comme s’il avait une conscience aiguë et exacte du point maximal de tension de la corde avant qu’elle ne casse, et s’en tenait toujours le plus près possible.



François Delpla

MessagePosté : Mer Mai 23, 2012 11:21 am

Je déplore que le débat continue à porter plus sur les écrits de 2012 que sur les faits de 1941-44.

Un type comme Hitler occupe un pays comme la France, et on cause de ce qu’y deviennent les Juifs... sans s’occuper de lui ! Sans se demander ce qu’il entendait faire de cette occupation, et quelle place pouvait tenir la "question juive" au milieu d’autres soucis !

Tant qu’on en reste là, on fait de la morale, pas de l’histoire.



JARDIN DAVID MessagePosté : Dim Mai 27, 2012 2:25 pm

(...) on ne peut rien comprendre de 1936 à 1945 sans en revenir encore et toujours à HITLER [voilà que je parle le DELPLA maintenant] qui ordonnait ou laissait entendre qu’il fallait faire telle ou telle chose, dans son sens.



François Delpla

MessagePosté : Dim Mai 27, 2012 6:07 pm

Ce n’est pas pour me vanter, surtout pas, ce n’est pas mon genre.

MAIS

pour ce qui est de parler le Delpla, il me semble que je suis le meilleur, et même hors concours !

JD a raison sur un point. Quand il se passe quelque chose d’important, où que ce soit sur la planète, entre janvier 1933 (voire un peu avant) et avril 1945 (voire un peu après), j’ai tendance à demander : où est Hitler, que veut-il, se pourrait-il qu’il y soit pour quelque chose ?

Cependant, à côté de ce vilain défaut, il y en a un que je n’ai pas : croire qu’il fait tout tout seul, ou par l’intermédiaire d’hommes qui soient ses purs instruments. Bref, il n’est ni omnipotent ni omniscient et ceux qui disent que je le dis (un peu moins nombreux ces derniers temps) me caricaturent pour me répliquer plus à l’aise.

Ce que je vois, c’est une hiérarchie : Hitler a l’oeil sur Vichy, et aussi sur la société française ; il met tout son soin à obtenir que le premier ne demande pas trop à la seconde -mais simplement le maximum de ce qu’elle peut supporter sans trop se révolter. Pourquoi l’antisémitisme ferait-il exception ?

Il passe mieux quand ses victimes sont étrangères ? qu’à cela ne tienne, prenons les étrangers et après on verra ! et peut-être tout de même de temps à autre quelques Juifs français, à titre de test.

Ce que je reproche et à Michel et à Paxton, c’est de ne pas discerner cette logique l’un plus que l’autre.

A part cela, chacun mérite ses propres reproches. Michel se moque du monde, en particulier, concernant l’obligation de la police française de ZO d’obéir à n’importe quel ordre allemand. Invention pure, plusieurs fois répétée, et qui pèse sur une partie de ses conclusions. Cela, Nicolas Bernard et d’autres l’ont déjà dit. Ce que je voudrais ajouter, c’est que j’ai du mal à croire que les rafles de 1941 se soient faites à l’insu de Vichy, en faisant obéir une police qui s’y sentait tenue et n’avait même pas l’idée de consulter Vichy. A cet égard, Michel lui-même (p. 197) mentionne une lettre d’Ingrand, représentant le ministère vichyssois de l’Intérieur en ZO, du 21 août 41. Il cite ce document, trouvé chez Klarsfeld (Vichy-Auschwitz, t. 1, p. 21) d’une manière trompeusement partielle. Le document complet, et d’autres reproduits par SK, fontt apparaître que les Juifs arrêtés, en ce lendemain de l’attentat de Fabien à Barbès, l’ont été officiellement pour des raisons de chasse aux résistants, c’est -à-dire conformément à l’armistice et à la convention de La Haye... et que Vichy avait pris l’habitude de prêter sa police sans mot dire pour ce faire. En fait, Ingrand a bien compris qu’il y avait là un détournement de textes et c’est là-dessus que portent ses protestations et demandes d’explication tant envers les Allemands qu’envers la préfecture de police de Paris. L’occupant se fait alors rassurant et promet qu’on ne touchera plus aux Juifs !

Il y a donc bien là un jeu de chat et de souris : l’occupant lui-même fait profil bas, reconnaissant qu’il doit respecter la loi française, laquelle interdit d’arrêter une personne qui ne commet pas de délit... et ne reconnaît pas celui d’être juif. On se calme donc pour trois mois... et on reprend de plus belle le 12 décembre, en arrêtant quelque 700 Juifs non seulement français mais notables, dans un contexte d’attentats multipliés et de fusillades d’otages... avec peut-être un peu plus de SS et un peu moins de gardiens de la paix parisiens (un point non abordé chez Michel et pas clair chez Klarsfeld : quelqu’un en sait-il plus ?). Et puis on se calme à nouveau, etc.

Bref, Hitler ne cesse de tester la résistance du matériau.



le 28 mai 2012



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26