Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :Max Ciampoli et Churchill : opération commerciale ou mythomanie ?
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Dialogue avec les oeuvres

Max Ciampoli et Churchill : opération commerciale ou mythomanie ?



churchill’s Secret Agent



Un livre de Max et Linda Ciampoli, paru fin 2010 aux éditions Berkeley.

L’éditeur précise sur la couverture qu’il s’agit d’un roman, pour ajouter aussitôt qu’il est "basé sur une histoire vraie" (based on a true story).

On connaît l’histoire du pâté d’alouette dont le fabricant est amené à concéder qu’il y a mis un peu de viande de cheval : "moitié-moitié : un cheval, une alouette". Nous dirons qu’ici le cône ou la pyramide reposent, en guise de base, sur le sommet !

Le plus curieux est qu’aucune voix ne semble s’être encore élevée pour dénoncer la supercherie. Sur la Toile, du moins, aucun historien ni aucun journaliste ne s’insurge ni ne se moque. On trouve cependant quelques lecteurs déçus.

Je ne connais pas Max Ciampoli... et c’est bien là le problème ! Ce nom ne figure dans aucun ouvrage sur l’espionnage anglais pendant la Seconde Guerre mondiale. Or le livre raconte un grand nombre de missions qu’il aurait accomplies sur l’ordre personnel du premier ministre. Il se pourrait certes qu’il ait, pour une raison quelconque, tenu à son anonymat jusqu’à une époque récente. Mais alors, il devrait avoir eu des noms de code qui, eux, devraient figurer dans de tels livres : leurs index comportent en effet beaucoup de noms entre guillemets, c’est-à-dire d’agents connus seulement sous des identités d’emprunt. Or le livre (écrit en collaboration avec sa femme Linda) n’indique qu’une seule de ces identités, Michel Carbonell, et on ne la trouve pas davantage dans la littérature spécialisée.

Mais une lecture détaillée de l’ouvrage suffit à prouver qu’il s’agit, au moins en très grande partie, d’une fiction bâclée. Moins sous l’angle du style, ou de l’intensité narrative, que de la documentation et de la vraisemblance.

Il est étonnant et inquiétant qu’on puisse encore abuser aujourd’hui le public anglo-saxon avec de telles sornettes. Lesquelles ne se limitent pas au marché de l’édition, dont après tout les clients sont libres et prévenus, au moins en partie, que ce qu’ils lisent n’est pas la vérité. Car Ciampoli se rend dans les établissements scolaires -un compte rendu au moins, à cet égard, est en ligne- et, ce faisant, triche, d’une manière qui doit être catégoriquement dénoncée. On le voit par exemple, dans ce compte rendu, confirmer la page du livre qui le montre chassant le faisan avec Churchill à Noël 1941... lors même que cet ancien sportif, devenu ennemi de l’exercice physique, était à la Maison-Blanche pour régler le sort de la planète. Ciampoli aurait-il rencontré un homonyme ?

D’ailleurs, il tient avec sa femme un site sur lequel il est interviewé et donne des informations concordantes avec celles du livre : ici l’excuse du mot "roman" sur la première page ne joue plus. D’autre part, une lectrice, Carol Drufke-Zeller, affirme avoir interrogé les auteurs sur la part du vrai et de l’invention, et leur avoir fait reconnaître une seule affabulation : la dernière scène, qui voit Churchill redevenu simple député visiter Max sur son lit de blessé en 1946. Dommage, c’était la scène qui m’avait paru la plus crédible !

Analyse détaillée

Ce livre nous présente un Churchill particulièrement invraisemblable, disposant d’une maison de campagne privée et bien équipée y compris pour les loisirs alors qu’il passait les week-ends soit, le plus souvent, aux Chequers, une propriété de la Couronne et non son bien propre (peu propice notamment à l’entretien d’une écurie personnelle de chevaux de selle !), soit chez des amis. Il est certes très occupé quand il est à Londres, mais semble n’avoir presque rien à faire dans cette villégiature non nommée. C’est la première fois que je lis qu’il s’adonnait pendant la guerre à des parties de chasse. Particulièrement invraisemblable est le temps qu’il consacre à un agent subalterne pour lui détailler ses missions. C’est lui, par exemple, qui explique à Ciampoli le fonctionnement de son école de parachutisme (p. 22).

Le manque de précisions géographiques s’expliquerait en pleine guerre, mais se justifie moins aujourd’hui, sinon lorsqu’on écrit un roman en le faisant passer pour la vérité.

p. 17 il raconte un samedi entier de chasse avec Churchill (la guerre aussi était en week-end ?) au cours duquel Winston lui aurait en tout et pour tout parlé d’un seul sujet politique ou militaire : le général Catroux était en instance d’arrivée à Londres et il comptait l’engager à prendre la tête de la France libre. Cela a pu et dû être copié dans le journal de John Colville.

Il en va de même de l’entraînement aux techniques de la guerre secrète suivi dans un camp anglais : rien que de banal, qui peut provenir de toutes sortes de traités historiques ou de manuels, rien qui atteste d’un vécu.

Le fait que sa première mission consiste en un voyage vers Istanbul avec escale à Casablanca (p. 31 ; l’armistice interdit bien entendu l’espace aérien des colonies françaises au trafic en provenance de Londres) voudrait dire qu’on est après novembre 42, ce qui jure avec ce qui précède sur Catroux (septembre 40). Mais ensuite (p. 32) enfin une précision chronologique : été 40 !

Il se serait agi de collecter des informations sur la présence allemande et italienne en Afrique de l’Est, afin de préparer l’offensive qui devait avoir lieu début 41. Mais le fait que les espions britanniques voyagent en bateau sur des milliers de kilomètres en passant par Madagascar entre deux escales à Djibouti (l’une et l’autre possessions vichyssoises ) jure avec une telle mission, dont les renseignements ne vaudraient que s’ils étaient recueillis peu avant l’offensive et transmis au plus vite.

P. 39, enfin une précision permettant de dater quelque chose ! Churchill apprend au téléphone le bombardement de Buckingham Palace : on serait donc le 19 septembre 1940. Mais alors on est entre les deux premières missions : Ciampoli est sur le point d’être parachuté en Europe pour... photographier les installations militaires allemandes grâce à un appareil dissimulé dans le nez d’un side-car. Il n’aurait donc guère eu le temps, puisque le récit débute après la chute de la France en juin, de faire son périple en bateau Djibouti-Madagascar-Djibouti !

Il est alors parachuté (sans que rien soit dit sur le vol) près de Brignoles... et accueilli par deux membres du mouvement Combat, qui sera créé l’année suivante. Atterrit-il avec sa moto et son side-car ? tout de même pas : ils attendent en Turquie, où MC est convoyé par un sous-marin quelques jours plus tard : mais alors pourquoi une étape en France ? Et pourquoi un sous-marin alors que quelques mois plus tôt il est censé avoir gagné Istanbul en avion ?

Nombreuses données techniques sur la moto : là encore, trouvables n’importe où. Même chose pour les menus de restaurants, etc etc.

Pour une fois, l’objectif stratégique de la mission est plausible, puisqu’il s’agit d’abord d’espionner les Allemands en Bulgarie, où ils sont effectivement en cours d’installation à l’automne 1940. Cela se gâte ensuite : MC roule à travers le nord de la Grèce et passe en Albanie où il trouve "des troupes nombreuses" - italiennes peut-on penser sans qu’il le précise : quid de l’agression mussolinienne contre la Grèce, le 28 octobre ? Il semble qu’elle n’ait pas encore été lancée : mais alors il importerait qu’un espion britannique prévienne en hâte Churchill de ces concentrations de troupes et rien n’en est dit (il se contentera d’un rapport final émis de Berne, des semaines plus tard). Cependant, il se rend ensuite (p. 44) en Croatie puis en Serbie, et rencontre dans les deux cas des troupes italiennes ! lesquelles ne seront en Croatie qu’à partir d’avril suivant, et jamais en Serbie. Mais au fait : ces deux pays n’en forment qu’un (même pas fédéral), appelé Yougoslavie, en cette année 1940... On voit que MC écrit après l’éclatement de ce pays en 1990... et n’a qu’une faible idée de la carte de l’endroit pendant la guerre.

La mission suivante (ch. 6 p. 48) est un peu moins invraisemblable par son sujet et sa temporalité : Churchill envoie MC dans un chantier de jeunesse en zone française non occupée (dans les Alpes du Sud) pour savoir "si ce sont des camps pro-nazis". Hélas, ces camps sont censés, bien qu’en zone libre, avoir été faits sur instruction allemande, pour regrouper de la main-d’oeuvre en vue de sa réquisition ! Or à cette époque l’occupant laisse en paix les habitants de la zone sud.

Nouvel anachronisme p. 52 : il est question de plongée, donc... de Cousteau ! en le prénommant Jacques et en prétendant faussement que son père était déjà inventeur de matériels de plongée.

Churchill lui a dit de se méfier de la Gestapo... en zone sud, encore ! Et effectivement il croise un jour "deux voitures pleines de nazis", en uniformes de SS suppose-t-on... ce qui est impossible avant novembre 42 (sinon lors du raid d’Abetz à Vichy en décembre 1940, mais il n’est pas venu dans les Alpes !).

Il fait un rapport disant que les chantiers de jeunesse sont "adeptes de la France libre et non du gouvernement de Vichy" : lourde absurdité, ces chantiers étant au contraire créés par Pétain comme un ersatz d’entretien de la flamme patriotique, en entretenant avec ferveur son culte à lui.

Le ch. 9 s’intitule modestement "Maxim’s". Sans être rentré à Londres, notre héros se retrouve chargé, sans qu’on sache trop par qui (ni comment il franchit la ligne de démarcation), de faire poser des micros dans le célèbre restaurant pour épier les conversations des Allemands... sans qu’on nous dise rien sur le service d’écoute anglais qui, dans la capitale même où sont concentrés les moyens de commandement de l’occupant, serait censé recueillir cette moisson d’informations. Mais le plus surprenant est le nom de la personne à laquelle il demande de lui fournir "des techniciens et des électriciens"’ discrets et de toute confiance : Jean Cocteau ! lequel, sans être aussi collaborateur qu’on le dit parfois, était la dernière personne à laquelle un résistant aurait présenté ce genre de requête.

Le système est mis en place sans autre difficulté et sans qu’on éprouve le besoin de nous dire si le personnel du restaurant a été mis dans le coup, ou si on a distrait son attention, et comment.

Le ch. 10 s’intitule comme un certain nombre d’ouvrages ou d’articles récents et à la mode : "Juifs à vendre". Il mélange les préparatifs d’un milicien pour faire assaillir un camp clandestin de Juifs dans les bois et une histoire d’amour, le fils du milicien étant fiancé à une habitante du camp à la grande fureur de son père. Le résistant du coin, qui avait accueilli Max à son arrivée en zone sud, attendait son retour de Paris pour lui demander que faire... On a de plus en plus l’impression d’un héros du genre de Tintin, dont tout le monde sollicite les conseils et sans qui le mal triompherait partout.

Il fait mine d’être collaborateur et réussit à mettre en confiance le milicien, qui se vante que son organisation vende aux Allemands les Juifs qu’elle capture, au prix de cent francs pièce. Suit une scène de grand-guignol où il le tue après l’avoir fait parler... et pleurer.

Quand il revoit Churchill, toujours dans "sa" maison de campagne (p. 98), il est chargé d’une nouvelle mission : mendier aux Américains, par l’intermédiaire d’une amie de Churchill résidant près de Brive (située dans le Gers !), cinquante bombardiers... car ils ne sont pas encore en guerre, ce qui veut dire que tout ce qui précède est antérieur à décembre 1941 ! Là encore Winston s’occupe beaucoup des détails. Mais devons-nous supposer qu’il invente le modèle de voiture que sa secrétaire promet le lendemain à Max, c’est-à-dire une Peugeot 304, avec près de trente années d’avance ? (ce modèle apparaît en 1970). Plus invraisemblable encore, le maintien pour cette mission du pseudonyme qu’il utilise depuis son premier parachutage en France, Michel Carbonell (sic, alors que les deux l font penser à une origine espagnole et que ce n’est vraiment pas le moment !) : il est vrai que Tintin est invulnérable et ne peut pas mourir !

Il ne sait même pas l’orthographe : la mitraillette Sten devient Stein (p. 101) ; elle équipe des "centaines d’hommes et de femmes" venus l’accueillir et le protéger lors de son parachutage près de Périgueux ! Néanmoins ils craignent la Milice !! (créée, rappelons-le, début 1943). Car si elle les repère ils seront "emprisonnés". La Résistance a tout de même l’air surpuissante, et les fermiers qui l’accueillent ne semblent pas s’exposer à des représailles.

Il s’étonne de trouver du reblochon en Dordogne : et nous donc ! (p. 102)

La dame de Monaco exilée en Corrèze, prénommée Joséphine, accepte la commission pour ses amis industriels américains, priés de faire en sorte que leur pays vende cinquante bombardiers à l’Angleterre : or la loi prêt-bail, adoptée en mars 1941, permet de traiter ce genre d’affaire à Londres et en grand, sans passer par Brive-la-Gaillarde ! Et même à supposer que la loi ne soit pas encore votée, Churchill ne manque pas de canaux plus directs vers les Etats-Unis, par exemple le conseiller du président, Harry Hopkins, qui visite l’Angleterre à la mi-janvier.

Tous deux se rendent en voiture à Lyon pour envoyer un télégramme chiffré via le consulat américain... comme si Vichy n’était pas plus près, avec son ambassade ! Il est vrai que le Massif central est franchi rapidement, comme s’il était doté d’une centaine de viaducs de Millau : partie après 10h 30, la Renault 1935 de l’hôtesse est à Lyon vers 17h 30 ! Et en arrivant au restaurant Brossard, Joséphine, reconnue par la patronne, ne peut plus dissimuler son nom de famille : Baker !!! la chanteuse était effectivement résistante et agent de la France libre. En revanche, son séjour corrézien est étonnant : n’y aurait-il pas une contamination par le château périgourdin des Milandes, qu’elle acquiert après la guerre ?

P. 125, une absurdité : le restaurant étant fermé au public, la patronne déclare soudain qu’elle et son personnel sont tous résistants à Combat, et tout le monde boit joyeusement à la France Libre. Max s’inquiète tout de même pour la sécurité et on lui dit de ne pas s’en faire car un "code" est en vigueur à Combat : au moindre soupçon de trahison, le suspect est tué... et toute sa famille avec ! On est donc dans un curieux monde, où chacun vaque à ses occupations comme en temps de paix mais où la pire violence arrive comme un cheveu sur la soupe.

Puis tous deux se rendent en voiture à Gibraltar, sans anicroche aucune.

Rentré à Londres d’un coup d’avion, MC voit aussitôt Churchill qui le félicite car les bombardiers ont été obtenus (à la vitesse de l’éclair !), écoute longuement son récit puis le charge de retourner sur la côte d’Azur, afin de délivrer des pilotes anglais prisonniers (sans qu’on sache ce qu’ils font en zone libre et pourquoi le Reich ne les réclame pas). Trente-six ont été désignés pour cette évasion, sur les deux cents qui sont détenus. Un sous-marin est prévu pour leur retour. MC met l’affaire sur les rails sans la moindre difficulté puis fait, on ne sait trop pourquoi, un saut à Paris où son "contact de chez Maxim’s" lui dit que Churchill le réclame d’urgence pour une "mission en Martinique". Il est bien évident que lorsqu’on convoque d’urgence un agent déjà en mission, on lui fait savoir qu’on a besoin de lui mais on attend son arrivée pour lui dire où on va l’envoyer ! Et on va encore moins le dire aux intermédiaires.

Une fois de plus Churchill va farnienter dans sa maison de campagne et a du temps pour lui détailler sa future mission... particulièrement extravagante car reposant sur le postulat (déjà rencontré lors des missions en zone sud) que les Allemands sont largement présents dans les possessions françaises, fussent-elles de l’autre côté de l’Atlantique : ils ont entreposé en Martinique, dans un fort bien gardé, leurs renseignements sur les espions ennemis repérés et autres agents doubles ; ces pièces n’existent qu’en un seul exemplaire. Une escouade de cinquante hommes (dont trois Canadiens et "une douzaine de Polonais et de Slaves parlant français") est envoyée par sous-marin, chargée de... droguer les gardes, faire sauter les locaux (comme si cela détruisait à coup sûr les papiers) et revenir par le même moyen. On se demande pourquoi ces hommes ont besoin de "Tintin" : à titre de mascotte ?

Ils sont reçus par des "partisans martiniquais anti-Vichy" qui leur font partager leurs "huttes". Une "stratégie" (sic) est mise au point : elle consiste à distraire la garnison par une fête de trois jours débordante de femmes et d’alcool, au terme de laquelle elle absorbe docilement, comme un seul homme, du vin coupé de somnifères. Pour éviter des représailles contre les habitants, les Anglais laissent une carte de visite... rédigée en termes moralisateurs !

La mission suivante (ch. 15) devrait se dérouler à Lyon mais à son arrivée auprès des éternels "partisans de Combat" il se voit signifier qu’on le réclame à Vienne... en Autriche ! "Churchill a dit que c’était vital". Il répond avec bon sens qu’il a besoin pour cela de papiers, demande si on peut lui faire des faux et on lui répond que non, on n’a pas la matériel nécessaire et on ne sait comment l’aider !

Il décide de s’en passer : il voyagera en France et en Suisse à la queue d’un train, prêt à fuir en cas de contrôle (comme si les fouilles commençaient toujours par la tête) puis, dans l’Autriche "Nazi-occupied" sous le wagon, en quittant sa cachette avant chaque gare. Il décrit longuement l’inconfort de la position (aggravé par la saison hivernale), et moins précisément la façon dont il évite les gares à pied pour reprendre le train un peu plus loin quand il "roule encore lentement" ; la saleté de son corps et de ses vêtements ne semble pas avoir posé de problème (sinon à l’arrivée où il devise en cheminant avec un vieil Autrichien -"souvent ils ne sont pas nazis"- en se demandant quel effet lui fait sa saleté).

Il arrive néanmoins à Vienne mais ce fut "sa tâche la plus difficile de la guerre" : ici on veut bien le croire. Néanmoins, en cas d’arrestation, il continue de craindre simplement... la prison.

Son contact n’est autre que "le" gardien du château de Schönbrunn. Cependant, sans l’avoir vu, il réussit à s’introduire par une fenêtre dans le prestigieux édifice et arrive dans une chambre somptueuse... où il se couche et sombre immédiatement dans un sommeil réparateur. Il est réveillé par un garde qui, en guise de mot de passe, chantonne un air de partisans. Il lui apprend qu’ils sont seuls dans le château (dont il est seul à posséder les clés ! -un détail sans grande importance puisque les fenêtres sont si mal fermées) et il peut à loisir se laver et se changer. Mais c’est dimanche : le garde et son épouse brusquement apparue le laissent seul, le temps de satisfaire à leurs obligations catholiques.

Puis il est conduit à un barbier qui compte dans sa clientèle le gratin des autorités "nazies". Il doit attendre dans la rue le moment favorable pour s’introduire chez lui par la porte de derrière et décide, pour ne pas attirer l’attention, de simuler la mendicité, en traînant une jambe. Voilà qui lui permet d’observer les limousines des officiers venus se faire raser et d’attendre un moment creux. L’homme se révèle accueillant, empressé... et juif polonais !! car la mission consiste à recueillir un paquet venu de Pologne. Il installe MC dans une planque au milieu d’un quartier bombardé (la capitale autrichienne ne le sera guère avant 1944). Pour se rendre utile en attendant le porteur du colis qui doit venir de Pologne, il s’occupe d’une trentaine de pigeons voyageurs qui lui servent de compagnons, recueillant des messages sur ceux qui arrivent et les mettant sur d’autres, qui partent vers "une station radio ondes courtes qui envoie les messages vers l’Angleterre". Les Allemands sont sans doute en rupture de voitures gonio pour traquer les émetteurs clandestins, à moins qu’ils n’aient pas pensé à en mettre à Vienne.

Le colis n’est autre qu’une machine Enigma, oubliée par les Allemands lors d’une retraite devant les Russes ; ceux-ci n’ont pas su qu’en faire et l’ont abandonnée à la résistance polonaise, qui s’est empressée de prévenir Londres.

Le voyage de retour est aussi simple que l’aller avait été compliqué : la résistance polonaise a tout organisé sous le couvert du transport d’un malade qui doit aller consulter d’urgence un spécialiste à Genève. Un "vol de première classe par le Maroc" ramène aussitôt MC à Londres, où la "police militaire" le saisit à l’aéroport pour l’amener voir Churchill... toujours dans sa maison de campagne. L’auteur n’oublie pas de préciser que cette livraison d’Enigma a grandement facilité les opérations militaires (rappel : ce système de codage allemand avait été maîtrisé par les Alliés à partir de mai 1940 grâce à des efforts français, polonais et anglais initiés en 1931) : "Les messages allemands purent dès lors être décryptés facilement" -p. 164.

Le chapitre 17 offre une autre figure obligée : le sauvetage d’enfants juifs. Quel rapport avec Churchill ? Tout simplement le fait qu’il a accueilli MC, à peine revenu de Genève, en pestant contre la Milice française qui "traitait son propre peuple encore plus mal que les nazis". Il avait l’air d’une "mère protégeant furieusement sa nichée" et le chargea de sauver le maximum d’enfants juifs. Son éternelle secrétaire sexagénaire et tenancière de la maison de campagne allait tout lui expliquer. Il devait retourner près de Die, là où il avait fréquenté un chantier de jeunesse qui pouvait peut-être servir de havre pour les enfants avant qu’on puisse les disperser.

Flash back vers l’enfance : il avait connu Churchill au cap d’Antibes. Il jouait avec d’autres enfants aux abords de la propriété où Churchill séjournait et l’Anglais envoyait son serviteur leur offrir des petits-beurre LU. Il aimait être entouré d’eux lorsqu’il peignait, et bavardait volontiers avec eux. Suivent des évocations banales des séjours de Winston sur la Riviera.

A présent il est censé être choqué par le sort des enfants juifs "à Paris et Drancy" depuis un rapport de son fils Randolph, envoyé lui-même en mission en France (invention pure, RC ayant été envoyé comme officier de liaison vers les partisans yougoslaves, chez lesquels sa sécurité était mieux assurée, et son rôle diplomatique plus utile, que dans une mission de pure information en France occupée).

Suit une histoire ahurissante : Joseph Kennedy étant ambassadeur à Londres (ce qu’il n’était plus depuis octobre 1940), Randolph ( !) l’avait mis sous surveillance en coopération avec Scotland Yard. Comme il renseignait Berlin en secret, on en avait profité pour faire croire à Hitler que Churchill et Roosevelt allaient se rencontrer aux Bermudes.

Retour sur les enfants juifs : ils sont bel et bien raflés par la Milice, de sa propre initiative. A part cela, l’information semble copiée chez Serge Klarsfeld : chiffres des enfants par tranche d’âge, rôle de Leguay et de Laval... Le plan consiste à contacter de braves Français, qui ne sont membres d’aucune organisation mais "ont un coeur", et qui ont leur quartier général... dans un bar lesbien de Pigalle. Re-parachutage en Provence, re-maquisards "du groupe Combat", et re-pseudo Carbonell avec deux l (le changement fréquent de pseudo est une précaution élémentaire chez les résistants et à plus forte raison chez les agents étrangers, d’une mission à une autre). Il prend contact avec un "ministre des Invalides" (en français dans le texte) nommé Paget (que je n’ai pas l’heur de connaître, sinon qu’il existe un général Paget, anglais et proche de Churchill : mélange de lectures dans la tête des époux Ciampoli ?), chargé des anciens combattants qui ont perdu des membres (sic) lors de la dernière guerre. Ce personnage a son bureau... à Nice. MC lui téléphone, laisse son numéro à une secrétaire et il rappelle. Les Allemands sont en rupture de tables d’écoute, à moins que la zone sud n’ait pas encore été envahie, on ne sait. Ah si : il est question de zone libre ; on est donc encore avant novembre 1942 (donc il n’y a pas encore à Vienne le moindre quartier bombardé). Mais alors c’est Vichy, pourtant "collaborateur", qui laisse ses "ministres" téléphoner sans surveillance à des agents anglais.

L’évasion des enfants est organisée au moyen d’autobus (copié sur les activités de Bernadotte en Allemagne printemps 1945 ?). MC s’offre un petit séjour dans son appartement d’enfance à Monte-Carlo, dont ses parents sont absents mais dont le concierge le laisse entrer, et il vit avec les voisins des retrouvailles émouvantes. On croyait savoir que les résistants ne revenaient pas dans leurs familles, et que si par hasard ils étaient contraints de le faire ils se cachaient au maximum des concierges...

Il décide que pour donner des identités catholiques aux enfants il a besoin d’aller à Rome ! Il faut dire que le snobisme de son père lui avait valu d’être baptisé au Vatican : nouvelle occasion de mélanger la guerre et l’enfance. Il se trouve qu’il a sur lui le numéro de téléphone de Maurice Chevalier (il ne faut pas alourdir le scénario par sa recherche !). Il est présent, le prend au téléphone, est horrifié par le récit de ce qui arrive aux enfants juifs et accepte de partir pour Rome avec MC en voiture le lendemain.

Passant par Cuneo, Turin et Florence, le duo du chanteur et de l’agent secret descend dans les meilleurs restaurants dont aucun menu ne nous est épargné. Une audience chez Pie XII est obtenue téléphoniquement sans autre formalité. Reçu quelques jours plus tard pendant quinze minutes, MC obtient du pape une oreille attentive, et un accord pour la remise de faux documents de baptême, qu’il va chercher peu après.

Lors d’un nouveau séjour stéréotypé dans la churchillienne maison de campagne, il se voit confier par le maître de céans une "mission d’une valeur inestimable pour la survie de la Grande-Bretagne". Or le Royaume n’est plus guère menacé... sauf par les fusées V2 peut-être ? Bingo ! Il s’agit d’exfiltrer de Bulgarie un grand savant, capable d’aider ses collègues anglais à trouver une parade. Malheureusement, celle qu’on cherche à mettre au point semble mieux adaptée aux V1 (avions à réaction sans pilote, dits en anglais "flying bombs") qu’aux V2 (short-range missiles, dans le livre et dans la réalité) puisqu’il s’agit de détruire le projectile en vol par des avions, ce qui est possible avec les V1 mais non avec les V2. Il est vrai que Churchill ne pouvait le savoir à l’avance : le recrutement d’un spécialiste bulgare d’origine juive n’est donc pas complètement hors de propos.

Le défilé des célébrités continue : MC est accueilli, lors de son parachutage en Bulgarie, par "le roi des Gitans, désireux de se rendre utile". Voilà notre agent secret intégré dans une caravane de roulottes, avec le costume adéquat. Il nous dit que le roi, grâce à ses "contacts dans toute l’Europe", est pour Churchill un précieux agent de renseignement sur les troupes allemandes. Rien n’est dit sur les techniques de transmission de telles informations. Soudain la caravane est arrêtée par un barrage allemand, et détournée vers une destination inconnue (alors que la Bulgarie est un pays allié de l’Allemagne, et souverain ! c’est d’ailleurs bien pourquoi MC peut prendre rendez-vous avec son savant dans une synagogue, mais ces questions ne sont pas évoquées). Le convoi arrive au milieu d’une division de Panzer "au complet, comportant vingt chars" (un chiffre à peu près divisé par dix !). En fait les Allemands, fêtant la guérison d’un officier blessé, avaient juste besoin de faire la fête et voilà MC, toujours déguisé en gitan, enrôlé dans la préparation d’un numéro de dresseur d’ours. Il a beau appeler "nazi" le moindre soldat allemand rencontré, l’auteur n’a pas l’air d’avoir entendu parler de la persécution des Tziganes. Ces lourdauds de Teutonspoussentlanaïvetéjusqu’àescorterla caravane au coeur de Sofia , ce qui permet d’approcher le savant dans sa synagogue et de l’emmener avec toute sa famille, le "roi" organisant un circuit à travers l’Europe pour les amener, de roulotte en roulotte, jusqu’à l’aéroport de Lisbonne !

Le bouquet : ils traversent une ville yougoslave appelée...Titograd (p. 218). C’est de 1946 à 1992 que Podgorica se nomma ainsi... Le livre a été écrit pour l’essentiel, nous dit-on, dans les années 1980 : cela se voit à certains détails !

Alors qu’il quitte généralement ses missions quand il a mis quelque opération sur orbite, MC dans ce cas reste jusqu’au bout, ce qui nous vaut une traversée de l’Europe en roulotte, y compris à travers les Pyrénées ariégeoises (ou basques, le point n’est pas clair : on passe par Ax-les-Thermes mais la population est qualifiée de basque -sans doute l’auteur croit-il que tous les Pyrénéens le sont).

Le vol Lisbonne-Londres comporte curieusement une escale à Gibraltar... Il est vrai qu’une raison technique est alléguée (l’avion prévu a été accidenté, il faut aller en prendre un autre à Gibraltar). Il semble en fait que le scénariste ait eu besoin d’un échange téléphonique entre MC et Churchill. Il s’agissait de l’inviter à passer Noël dans sa famille, en petit comité !

Ce chapitre 21 est l’un des plus imaginatifs. MC ne supposait pas, il savait qu’ils allaient, ensemble, chasser et faire de l’équitation. En fait, ils font les deux en un, partant pour une chasse à courre avec deux accompagnateurs. Plus le récit avance, plus on s’étonne de constater que ce "Noël en famille" semble être un duo, vaguement encadré par des silhouettes de domestiques. Mais soudain il est question de Clementine ! Sans dire son prénom, MC indique qu’il a rarement vu la femme de Churchill, bien qu’il soit souvent venu dans cette maison : "Je me tenais la plupart du temps dans un secteur de la maison où elle ne venait pas. Il semble qu’elle ait observé une grande réserve". Sans doute mais, aux dires de tous les témoins, c’était en parlant peu, et non en restant cloîtrée dans ses appartements ! De même, dans tout le livre il n’y a pas un mot sur ses filles, pourtant proches de leur père et actives dans l’effort de guerre. Mais voici enfin des visiteurs, sans doute pour le réveillon : une vingtaine de personnes sont à table ensemble. L’auteur, alors, ne sait pas l’anglais et ne peut s’entretenir, dans l’assistance, qu’avec Churchill et sa femme, qui comme lui parlent français (je ne suis pas sûr que ce fût le cas de Clementine ; il faudrait le vérifier). Assis loin d’eux, MC dit qu’il se contentait d’observer les gens sans les comprendre. Est-ce une raison pour n’en nommer aucun et se rabattre, comme toujours, sur le menu ?

Quelques jours plus tard, Churchill est de bonne humeur car les Etats-Unis sont entrés en guerre. Ah bon ? Ce Noël est donc celui de 1941... que le vrai Churchill passe, comme il se doit, aux Etats-Unis pour accorder les violons avec Roosevelt, quelques jours après Pearl Harbor !

La mission qui suit crève encore tous les plafonds de l’approximation et de l’invraisemblance. Churchill désire financer un groupe de partisans communistes des Alpes-maritimes, qui se battent bien contre l’ennemi commun. Las, leur parti est dénommé PPF (parti populaire français), c’est-à-dire le sigle du parti de Doriot, dont le chef est un ancien communiste mais qui est alors le groupe français le plus inféodé aux Allemands ! Dans le récit de cette mission, quelques indications chronologiques permettent de se repérer : il est question à la fois de l’évasion du général Giraud et du retour de Laval au pouvoir : nous sommes en mars-avril 1942.

La mission suivante est bêtement militaire et technique : on ne voit pas ce que vient y faire un agent secret. Un sous-marin italien coincé dans des filets de pêche a été repéré près de Malte. MC va donner quelques conseils pour éviter qu’il ne s’échappe pendant l’opération de délivrance. Encore un épisode qui n’a d’intérêt que pour varier un scénario et allonger la liste des perfections d’un héros. C’est d’ailleurs encore le cas de la mission suivante (ch. 24) : une attaque de banque ! Voilà que Churchill se préoccupe de damer le pion à Göring : il veut récupérer des bijoux de haut prix volés par les nazis à travers l’Europe. Le mode opératoire est tristement banal : un tunnel menant à la salle des coffres d’une banque d’Amsterdam. Là encore on ne voit pas bien ce qu’ajoute la présence de MC. L’opération marche comme sur des roulettes et même des roues : la Résistance hollandaise est capable d’aligner toute une flotte de camions aux couleurs de l’armée allemande pour convoyer le butin... vers un cargo suédois qui l’emporte vers l’Angleterre. On ne se croit guère en guerre !

MC est ensuite envoyé à Saint-Nazaire. Enfin une mission qui rappelle un fait précis et réel... mais de trop près : la date et les motivations du raid britannique contre le port breton sont exposées par Churchill sans rien qui diffère de la fiche Wikipédia sur l’opération "Chariot" du 28 mars 1942. Ce qui est neuf, c’est le parachutage d’un agent anglais quelques jours avant pour organiser une force résistante française de... six cents hommes, répartis en six compagnies ! L’armement, il est vrai, ne manque pas : chacun a sa Sten toujours orthographiée Stein, et deux grenades, chaque compagnie six bazookas et trente mortiers. On dirait des troupes régulières à l’entraînement ! L’auteur a décidément une idée très vague de la lutte clandestine dans un territoire occupé. Il est vrai qu’il circule en soutane et qu’après presque trois ans de guerre ce déguisement trompe encore les Allemands. Cependant, faute d’un signal qui devait venir des commandos arrivés par mer, MC ne donne pas d’ordre d’attaque à ses six-cents résistants, qui restent inemployés. Concluons : lors d’une des rares opérations clandestines menées par lui qui soient venues à la connaissance des historiens, il n’a très précisément rien fait. Son rôle est donc, une fois de plus, invérifiable !

Il est temps de relever une invraisemblance d’ordre général : Churchill semble s’ingénier à ne jamais donner à son agent chéri deux missions du même genre, ce qui est en contradiction totale avec la spécialisation requise et la nécessité de répéter les expériences pour corriger les erreurs. Là Tintin devient le Cid :

Mes pareils à deux fois ne se font point connaître

Et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître !

Retour à la "maison de campagne" : la "secrétaire" sexagénaire, Churchill étant pour une fois trop occupé, charge l’agent-miracle d’aller délivrer un prisonnier "dont nos informations font penser qu’on s’apprête à le torturer à l’excès. Qu’il parle ou non, il n’y survivra pas". La encore, la temporalité de la Résistance est ignorée : à supposer qu’une information de ce genre parvienne à Londres, elle serait caduque depuis longtemps et n’engendrerait pas la moindre décision. Mais le cadre géographique choisi est, comme d’autres, propice à promener le lecteur (et, en cas de tournage ultérieur, le cinéphile) dans de nouveaux paysages. L’homme est en effet captif à San Remo. Une nouvelle personnalité connue entre également en scène, la fille d’Arturo Toscanini. Il se trouve que le rôle de cette résistante italienne installée en Suisse, en rapport avec des agents étrangers plutôt américains qu’anglais, a été mis au jour dans les années 1990... et que MC n’a, là encore, rien de plus à dire sur elle que ce qui était connu. Le mode opératoire de l’évasion est aisé, le prisonnier étant remis à de faux fascistes italiens pour un transfert à Nice vers une prison SS : une telle opération mixte germano-italienne, plus d’un an avant la chute de Mussolini, n’est pas de mise -pas plus que l’existence de la moindre base SS à Nice.

Le chapitre 27 est intitulé "bombe atomique". On craint le pire et on n’est pas déçu : MC est pour une fois admis dans le bureau de Churchill pendant qu’il a un visiteur : Albert Einstein, excusez du peu ! On se demande bien ce qu’il fait là -et MC n’est pas tenu de nous le dire, puisqu’il ignore toujours l’anglais, langue dans laquelle le savant et le premier ministre s’entretiennent. On sait seulement qu’il plaide pour le regroupement des efforts des physiciens anglais dans la recherche atomique -un point largement acquis auparavant. Après ce cheveu sur la soupe, MC se voit confier une mission concrète : la destruction des stocks allemands d’eau lourde en Norvège. Encore une opération connue, sur laquelle le récit se greffe sans aucun apport original.

Mais nous voici tout à coup transportés sur le champ de bataille : Tintin devient un familier du général Patton, en route pour l’Afrique du Nord en novembre 1942 ! Il sera, en uniforme français (lui annonce Churchill, toujours à la campagne), officier de liaison entre les Américains et les troupes françaises en AFN. On voit mal un Anglais désigner pour ce rôle un Français... dont il faut rappeler qu’il est âgé de vingt ans. D’autant qu’il n’y a pas encore de troupes françaises dans l’opération, les gaullistes étant tenus à l’écart et le ralliement des pétainistes, seulement espéré. Autre incongruité : Patton a l’air d’être le commandant en chef de l’opération alors que Eisenhower, qui l’est, le garde à l’arrière après les premières opérations et ne le lâchera sur le terrain qu’en mars 1943 ! Patton sera après coup le général le plus connu de la campagne : c’est cet après coup qui retient l’attention de l’auteur... L’erreur court tout au long du chapitre : Patton, que MC rejoint en mer, semble commander les opérations de débarquement. Puis il n’apparaît pas qu’il piaffe au Maroc tandis que la bataille se déroule en Tunisie. La chronologie reste, il est vrai, très floue. Notons également que Churchill vient lui-même (dans l’histoire réelle) en Afrique du Nord en janvier... et n’a pas l’air, dans le livre, d’y rencontrer son poulain.

Au chapitre suivant, MC se fait parachuter en Lorraine, tombe dans un arbre et est repéré par un lieutenant allemand qui le capture.. puis le laisse filer, lui faisant même cadeau d’un uniforme, alors qu’il s’est présenté comme un innocent touriste de nationalité française (et toujours nommé Michel Carbonnell)... comme si en temps de guerre on pouvait faire du parachutisme sur un territoire occupé par pur goût des voyages. Il se paye même le luxe de quitter le camp de l’officier en volant une moto. Il trouve presque aussitôt asile dans une ferme accueillante, chez une jeune veuve de guerre vigoureusement anti-allemande, qui lui fournit tout le nécessaire. Y compris un cheval, celui de son mari avec lequel elle aimait galoper ! Elle s’attache à lui mais le laisse partir vers ses missions, non sans l’avoir aidé à contacter la Résistance locale. Petite parenthèse chastement sentimentale.

p. 366 : des miliciens sont équipés de casques noirs (leur uniforme était bleu foncé et même leurs formations armées ne semblent pas avoir été coiffées ainsi).

Les partisans qui l’amenaient en camion vers une aire d’envol se trouvent pris dans un combat assez important, près de Vittel, entre des partisans et une "compagnie" allemande assistée de miliciens. MC se retrouve prisonnier de ces derniers et enfermé dans une prison milicienne installée dans un camp, puis amené à Paris en camion avec les autres prisonniers pour être interrogés par la Gestapo (nouvelle invraisemblance : il n’y a aucune raison de ne pas interroger des maquisards locaux en Lorraine, avant de les tuer ou de les déporter ; de plus, le transport est assuré par la Milice, alors que de tels prisonniers auraient été remis aux Allemands dès leur capture). Une centaine de prisonniers descendent des camions devant un grand bâtiment, toujours encadrés par des miliciens. On leur fait un discours ! On leur explique qu’il y a parmi eux quelqu’un qui devait prendre un avion pour l’Angleterre et que des interrogatoires vont être menés pour l’identifier. On fait entrer les hommes un par un dans le bâtiment et comme ils ne veulent pas parler les trois premiers sont tués (par les Allemands) au revolver. Changement de méthode : de nombreux SS arrivent et on sépare les Français par groupes de quatre. MC se retrouve aux mains d’une policière qui lui propose de l’amener dans sa chambre pour lui donner à manger et à boire quand il aura parlé. Il lui dit qu’il souffre de diarrhée et cela incite la dame à l’envoyer vers un autre bureau. Là il fait de l’ironie à bon marché devant son interrogateur (il parle italien et lui suggère de demander la traduction à Mussolini), du coup on amène une gégène et on lui assène des décharges génitales complaisamment décrites puis il décide de parler en racontant une histoire inventée... et cela marche. On l’envoie à Compiègne en attendant de vérifier son histoire ; il comprend l’allemand et ses interrogateurs ne s’en doutent pas, du coup il sait ce qu’on va faire de lui.

Compiègne est censé posséder une prison très dure, dans une "forteresse" (invention pure, sans doute dérivée de la réputation du camp de concentration de Royallieu). Il a droit à une visite médicale... du fait qu’à la suite du traitement utilisé pour le faire parler ses testicules auraient atteint "la taille de pamplemousses" ! La visite médicale a lieu en ville !! Sur le chemin on lui permet de se laver dans les douches municipales !!! Il y a toutefois deux ou trois fausses notes : l’eau est froide et il n’y a ni savon ni serviette. Cependant, il est visité dans le cabinet même du médecin par la femme de la Gestapo qui voulait l’entraîner dans sa chambre... et qui doit être assez motivée, tout en ayant du temps libre, pour avoir fait la route Paris-Compiègne afin de lui annoncer qu’elle compte le récupérer ultérieurement ! Elle n’hésite d’ailleurs pas à lui dire devant témoins qu’elle pense à lui toutes les nuits.

Dans sa cellule il y a un rat, mais aussi une paroi en barres de fer qui offre une vue imprenable... sur une salle de torture où non seulement il voit ce qui se passe, mais entend ce qui se dit. On y amène une femme juive avec laquelle un officier allemand a eu une longue conversation, pour essayer de la faire parler contre lui, avec toutes les techniques d’usage y compris un déshabillage intégral avant les coups. Alors MC insulte les bourreaux SS, l’un d’eux vient le frapper avec un nerf de boeuf à travers la paroi ajourée, il a le dessus, lui casse un bras et lui arrache avec les dents une partie du nez !! On s’inquiète un peu pour lui mais on a tort : un général de la Wehrmacht surgit, blâme les SS de s’être occupés d’un prisonnier qui n’était pas le leur mais aussi d’avoir torturé la femme, les menace du front russe et va, comme de juste, présenter ses excuses à l’agent de Churchill. Puis il change d’avis, dégrade les deux hommes et décide de les envoyer à l’est sans leur donner une nouvelle chance, dès que le nez sera guéri. Quelle infaillible connaissance de la place des SS dans le système nazi en général et les forces d’occupation en particulier ! Il les voit à peu près comme il voit les miliciens français : des mauvais garçons qu’une poigne énergique suffit à empêcher de nuire. Décidément, nous n’avons pas affaire à un Français devenu américain via l’Angleterre churchillienne, mais bien à un Américain qui a tout oublié de l’Europe, et voit ses guerres d’un oeil à la fois lointain et distrait.

Puis il est torturé à nouveau par "la Gestapo". Il réussit à ne pas se faire trop abîmer en simulant des évanouissements, après quoi un SS décide d’une méthode à ses yeux infaillible : pendre le sujet nu, par les épaules, dans sa cellule, les pieds effleurant le sol, jusqu’à ce qu’il demande grâce (on peut remarquer qu’il est toujours enfermé seul, ce qui jure avec la surpopulation des prisons allemandes en France occupée, comme avec l’habitude de faire cohabiter les prisonniers peu coopératifs avec des mouchards).

Mais là Churchill intervient ! Il a appris que son jeune ami était dans une "prison dure" et il sort son joker : la comtesse de Bredow, une Allemande antinazie apparentée à Bismarck. Apparemment elle dispose d’hommes et de véhicules à volonté, ainsi que d’un secrétariat capable de confectionner de très convaincants faux ordres de nettoyage d’une prison avant une inspection où tout doit briller. C’est ainsi que notre homme, quasi-évanoui, peut répondre d’une voix faible aux Allemands antinazis grimés en balayeurs qui passent dans le couloir en demandant "qui ils doivent délivrer"... Car ils ne profitent pas de cet avantage tactique pour libérer d’autres résistants : seul compte l’ami de Churchill. Tout au plus emportent-ils, par souci de discrétion, le cadavre d’un surveillant trop méfiant qu’ils ont tué d’une discrète injection. Leur camion-poubelle sort sans formalité et gagne une décharge... dirigée par une femme, résistante comme il se doit et très douce quand elle prend livraison du corps nu et meurtri dans sa maisonnette de fonction. On ne nous passe aucun détail sur l’aide qu’elle lui apporte dans ses fonctions corporelles alors que ses membres le font trop souffrir pour qu’il puisse se moucher ou baisser son pantalon. Un détail alimentaire confirme que l’auteur est profondément américanisé : lui et son hôtesse appellent "ovaltine" une boisson qui en France se nommait et se nomme toujours "ovomaltine". Pourtant les souvenirs d’enfance devraient primer en ce genre de matière... La délicate hôtesse est liée à Combat... encore ! et au PPF... toujours !

Son compagnon, un chef résistant nommé David, arrange "avec le gouvernement suisse" (sic) une évacuation par ce pays. On lui fait des faux papiers avec une photo où son visage est masqué de pansements : précaution utile, puisqu’il y a "dans toute l’Europe" des affiches avec son portrait, promettant "un million de francs" pour sa capture "mort ou vif" ! Il sera donc un cheminot suisse brûlé par la vapeur, soigné en France puis rapatrié. Finalement, deux diplomates suisses vient le chercher et l’emmènent à leur ambassade parisienne (dans la vraie vie, fermée depuis l’arrivée des Allemands et transférée à Vichy...). Cependant, les services suisses se ravisent et renoncent aux bandages sur les photos et le visage, préférant modifier l’apparence de celui-ci pour qu’il ne ressemble pas à celui des affiches. Le départ se fait par un wagon postal suisse au départ de la gare de Lyon (à Paris)... et l’accompagnateur-infirmier n’est autre que David, comme si un cadre résistant d’Ile-de-France n’avait que cela à faire... ou comme si un scénariste de film avait soin de ne pas trop multiplier les personnages.

On se souvient quand même qu’on est en guerre car le voyage est ralenti par un sabotage de rails. A Lyon, le train est inspecté par la "Gestapo" et une scène déjà vue se reproduit : le Suisse en charge du wagon postal refuse qu’il soit inspecté, le SS insiste, on envoie chercher le général "commandant la gare" et il donne tort au SS en lui expliquant que "même si Staline était dans le wagon il devrait respecter le droit international et ne pourrait rien faire". "Cet homme est un honorable officier de carrière allemand", commente David, tandis que sur le quai "le jeune nazi écume de rage"... et annonce la prochaine mise au pas de la Suisse par une invasion allemande !

Finalement, au lieu d’aller en Suisse, MC est convoyé vers le monastère de la Grande Chartreuse, dans une région "complètement contrôlée par Combat". Toute cette odyssée est encombrée de détails sur ses blessures et handicaps qui mettent des mois à guérir.

Ch. 36 : narration du retour en Angleterre, toujours dans la "maison de campagne". Churchill veut tout savoir de ses récentes aventures... qu’il connaît déjà par des rapports. Mais "bien qu’il fût au courant il tenait à entendre les choses de ma bouche". Il lui annonce un nouveau parachutage "pour apporter une grosse somme d’argent au responsable de Combat dans les Basses-Alpes" (la dernière fois c’étaient les Alpes-Maritimes : on va faire toute la France comme cela... ou c’est Ciampoli qui parle surtout des régions où il a vécu enfant ?) et "continuer à répandre le bruit d’un prochain débarquement dans le sud de la France" (cette intoxication était en effet aussi l’un des buts de la mission précédente, des mois plus tôt : dans la réalité, les Alliés n’ont jamais laissé entendre qu’ils allaient arriver par là, mais plutôt qu’ils allaient y faire un second débarquement très tôt après celui de Normandie, pour ralentir l’envoi des renforts vers cette région).

Parachuté dans les Basses-Alpes, le voilà qui se rend à Tulle, où commande un chef "de Combat" dont on lui a dit grand bien, et il lui fait convoquer une réunion de cadres venus, tenez-vous bien, du Lot, de Haute-Vienne, du Puy-de-Dôme, de Montpellier et de Sisteron ! Dans une ignorance totale de la délimitation des régions par la Résistance. MC harangue ces cadres en leur disant qu’ils doivent dresser des plans pour la réception d’importantes quantités de matériel parachuté : il s’agit toujours de faire croire à un prochain débarquement dans le sud. Cependant tous les parachutages sont prévus dans un lieu unique, Beaulieu-sur-Dordogne !

Les résistants (toujours "de Combat") portent des brassards voire des uniformes, censés leur assurer le bénéfice des conventions internationales sur les prisonniers de guerre et épargner les représailles aux civils !

Retour de Tulle vers La Turbie pour livrer, à un "commandant Guillaume", l’argent... qu’il avait donc sur lui pendant ce périple ?!

P. 445, des partisans recrutent sans problème pour leur maquis deux soldats allemands en uniforme et en armes, qui se révèlent alsaciens... Tout le monde s’attable au café avec MC et Guillaume ! Cependant un incident ridicule survient : un adjoint de Guillaume, croyant qu’un Allemand est en train de faire un geste vers son arme, dégaine et atteint Guillaume au ventre. MC s’occupe des premiers soins mais apprendra après la guerre que Guillaume n’a pas survécu. Il ne nous dit pas si Churchill l’a félicité d’avoir laissé tuer stupidement sous ses yeux ce chef local qu’il tenait tant à financer lui-même...

MC s’occupe ensuite de la destruction d’un pont stratégique dans le Var (il ne la dirige pas lui-même mais en charge un partisan qui n’y aurait sans doute pas pensé tout seul), et cela permet tout bonnement la libération de Nice ! Il s’ensuit un défilé de la victoire où l’envoyé de Churchill porte en tête le drapeau français. Il y rencontre d’anciens camarades des chasseurs alpins... et ils s’en vont à Grenoble en reconstituer une unité. D’où un chapitre trente-septième sur l’attaque de l’Authion, qui a eu lieu en mars-avril 1945 : le récit, qu’on avait sans doute envie de finir vite, a complètement évacué le débarquement de Normandie et la libération du pays ! Un an a passé comme une lettre à la poste, sans que l’envoyé chéri de Churchill nous parle de la moindre communication avec lui.

Lors d’un assaut, il reçoit une balle dans le genou. Cela faisait un peu longtemps, il est vrai, que nous n’avions pas croisé une vedette. Voilà donc le colonel Passy, qui vient lui-même d’être blessé dans un accident de la route. Ils sont voisins de chambre dans un hôtel du cap d’Antibes, l’Eden Roc, transformé en hôpital "pour officiers". Sur le point d’être amputé, MC est sauvé par Passy qui obtient qu’auparavant il soit examiné dans un hôpital anglais de Toulon. La jambe est sauvée mais l’hospitalisation se prolonge presque un an...

...peut-être pour permettre une dernière rencontre avec Churchill ? Elle a lieu en effet dans l’épilogue : il vient le voir pendant sa convalescence à l’Eden Roc, en 1946. Il dit pour une fois un mot churchillien, que je ne me rappelle pas avoir lu ailleurs : l’infirmière lui dit d’éteindre son cigare et il passe outre en disant qu’il sera bientôt parti "avec son offensif cigare".

******************************************************************************************************************

Remarques complémentaires  :

Peut-être le fantasme a-t-il pour point de départ quelques faits réels : une vague connaissance de Churchill avant-guerre sur la Côte, dans le sillage de son père tenancier d’un établissement à Monte-Carlo ? Des services authentiques de chasseur alpin ? Une visite à l’hôpital de l’ancien premier ministre libéré de ses obligations après la guerre, pour le féliciter d’avoir été soldat et blessé de guerre, serait plausible, mais est démentie par l’intéressé (voir plus haut ) !

Peut-être a-t-il participé à une ou deux des actions qu’il raconte, mais il est bien difficile de distinguer les moins invraisemblables. Il est vrai que cette écriture à deux, avec une femme qui n’a pas connu la guerre mais semble au fait des recettes scénaristiques des thrillers, ne facilite pas le tri.

Ce qui semble évident, c’est que Ciampoli n’a pas mis les pieds en Angleterre pendant la guerre et ignore à peu près tout des services secrets britanniques, comme de la Résistance française (réduite à Combat et à un certain nombre de communistes ’PPF’) et de la collaboration (réduite à la Milice avec des allusions fugitives à Laval). On le voit plus volontiers participer à des opérations militaires régulières, par exemple au tout début et à la toute fin de la guerre, qu’à des actions clandestines.

le 14 septembre 2011



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26