Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44
Site de François Delpla :Article sur Mers el-Kébir
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

FDlivres

Article sur Mers el-Kébir



dans mon "dictionnaire énervé"



Mers el-Kébir

(extrait du Petit Dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale, éditions de l’Opportun, avril 2010)

Bataille navale inégale entre la France et l’Angleterre, le 3 juillet 1940. Aucune perte anglaise, le cuirassé Bretagne coulé avec son équipage, le cuirassé Provence et le croiseur de bataille Dunkerque endommagés (ce dernier frappé à nouveau le 6), ainsi que le contre-torpilleur Mogador. Environ 1275 morts français (en comptant la centaine induite par de nouveaux tirs, le 4 et le 6).

L’historien, devant les dirigeants politiques qui ont marqué leur temps et que l’on considère généralement comme des « grands hommes », est en proie à une tentation. Lorsque ses investigations l’amènent à confirmer le sens commun et à dire qu’effectivement on a affaire à un personnage exceptionnel par ses capacités comme par ses réalisations, il se rappelle tout-à-coup qu’il est historien, non hagiographe, et qu’il se doit de dresser des portraits nuancés. Dès lors il risque d’être indûment sévère, en situant les défauts du personnage là où ils ne sont pas. Un exemple classique est celui du général de Gaulle dans la guerre d’Algérie : on reconnaît généralement qu’il a bien mené sa barque tout en le trouvant cruel vis-à-vis des pieds-noirs et des harkis... sans se demander un instant ce qu’aurait pu être une politique alternative à leur égard et si elle n’aurait pas, précisément, ruiné tout l’édifice de la politique algérienne du Général. S’agissant de Winston Churchill, dont la personnalité foisonnante se prête plus encore à la critique, et dont le maître et ami Lloyd George soulignait dès l’entre-deux-guerres le manque de pondération, la canonnade de Mers el-Kébir est l’acte « inutilement cruel » qui lui est le plus souvent reproché. Et le plus injustement.

Les apparences, il est vrai, militent fortement contre lui. Une flotte française sans défense est surprise au mouillage dix jours après l’armistice avec l’Allemagne et sommée de quitter le port militaire d’Oran avec la flotte anglaise, pour diverses destinations à choisir, ou de se saborder, faute de quoi elle sera coulée dans les six heures. C’est finalement au bout d’une dizaine d’heures, après d’infructueux pourparlers, que les visiteurs ouvrent le feu. On reproche très souvent à Churchill d’avoir fait bon marché des conséquences humaines de cette ouverture du feu alors que la diplomatie de ses amiraux était sur le point de conduire à une solution négociée, satisfaisante du point de vue matériel. Or cette solution, le désarmement sur place par des sabotages lourds, est faussement réputée avoir été, au cours des jours précédents, autorisée par l’Allemagne, et les Anglais, par voie de conséquence, auraient été bêtement et coupablement pressés, sous l’influence d’un premier ministre trop loin de l’action, incapable de déléguer et peut-être, pourquoi s’arrêter en si bon chemin, tout bonnement cruel. Pétain et le chef de la flotte française, l’amiral Darlan, ont réussi à faire croire cela à la terre entière et jusqu’à nos jours. Or l’article 8 de l’armistice, permettant à Hitler d’ordonner à tout moment le retour en métropole de tout navire français expatrié, avec plein armement et plein effectif, restait en vigueur, et l’aménagement de son application en était encore au stade des promesses, sur fond de menace d’invasion des îles Britanniques par les forces armées allemandes dans l’élan de leur triomphale campagne de France. La concrétisation d’une telle menace aurait imposé le retour en métropole des grands navires anglais et cela eût donné à l’Axe, surtout renforcé de l’Espagne franquiste (et il en était fortement question), les mains libres en Méditerranée occidentale. Si on décidait d’agir à Mers el-Kébir, il était donc essentiel de le faire au plus vite, sans s’attarder en palabres.

Il convient en outre de remarquer que dans la préparation de cette action Churchill s’est battu en permanence contre ses amiraux, prêts à lâcher la proie pour l’ombre, à commencer par sir Dudley Pound, le commandant en chef de la Royal Navy. D’où le refus du premier ministre d’inscrire le désarmement sur place dans la liste des clauses proposées et son exigence que les Français le présentent d’abord, comme alternative à la solution violente : il semble n’avoir eu aucune confiance en ses subordonnés pour que le désarmement soit fait sérieusement, si ce n’était pas en dernier ressort et sous la menace. Il n’attendait rien de bon de négociations à la bonne franquette entre "frères d’armes", et tout montre qu’il avait raison. Le risque alors était que Vichy se répande les jours suivants, pour courtiser Berlin, en disant que l’amiral Gensoul avait réussi à ne faire que des sabotages légers et ramène les navires en grande pompe à Toulon... ce qui risquait fort d’amener la fin rapide, et du gouvernement Churchill pour faiblesse et impuissance, et de l’état de guerre.

Ce qui a le plus péché en fait, et Churchill n’y est pas pour grand-chose, c’est l’esprit de conciliation de l’amiral anglais Somerville, qui semble fait sur mesures pour illustrer le célèbre jugement de Jacques Bainville sur le traité de Versailles : « trop doux pour ce qu’il a de dur ». Son homologue français Gensoul n’a pas suffisamment cru à la réalité de la menace et s’est ainsi détourné des deux solutions non sanglantes possibles, auxquelles l’Allemagne aurait difficilement pu trouver à redire sur un plan juridique : soit le désarmement sur place, soit l’évacuation des navires par leur personnel, pour qu’au moins la destruction, inévitable, du matériel, ne s’accompagne pas du sacrifice inutile des hommes.

le 12 décembre 2010



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26