Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :Hitler à Liverpool en 1912 ?
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

FDlivres

Hitler à Liverpool en 1912 ?



un troublant témoignage signé de sa belle-soeur



Extrait de Le dernier des Hitler de David Gardner (Patrick Robin, 2006), traduit de l’anglais et postfacé par François Delpla.

La bibliothèque publique de New-York abrite un manuscrit de Brigid Hitler (mariée avant la Première Guerre mondiale à Alois Hitler junior, demi-frère aîné d’Adolf, abandonnée par lui en 1914 -avant le déclenchement de la guerre- et installée aux Etats-Unis avec son fils William Patrick Hitler depuis le début de 1939), faisant état notamment de l’accueil du jeune Adolf par le couple à Liverpool.


Avant que je raconte le séjour de mon beau-frère, je dois m’interrompre pour faire les remarques suivantes. Récemment, pendant un entretien à Washington, je fus questionnée officiellement sur Adolf Hitler et quand je dis qu’il était venu en Angleterre le fonctionnaire manifesta une surprise immédiate. ‘En quelle année dites-vous que cette visite a eu lieu ?’ demanda-t-il. ‘C’était en 1912’ répondis-je. ‘Bien qu’un long intervalle de temps se soit écoulé, je peux vous donner la date exacte de sa venue parce que c’était seulement quelques jours après que nous avions emménagé dans l’appartement que nous devions occuper plusieurs années.’ ‘C’est extrêmement intéressant ‘, commenta-t-il, ‘car vous fournissez la réponse à une question très intrigante’. Il me dit que des historiens contemporains avaient fait beaucoup de spéculations au sujet de l’’année perdue’ dans la carrière de Hitler. Cette année commence avec le second semestre de 1912 et se termine avec le premier de 1913. Hitler lui-même, dans son autobiographie, Mein Kamp, dit qu’il a quitté Vienne en mai 1912 pour Munich. En dépit du fait que c’était là, pouvait-on supposer, une déclaration officielle, elle était fausse ; tout montre qu’il est arrivé à Munich un an après la date qu’il indique. Conrad Haydn (sic), dans sa biographie de Hitler, cher Monsieur, [en fait, Konrad Heiden] donne comme date d’arrivée de Hitler à Munich 1913, ainsi que Rudolf Olden, le fameux écrivain allemand antinazi dont le livre, Hitler the Pawn, a été publié à Londres en 1936.

Bien sûr la raison pour laquelle Adolf était si vague sur cette période est plus que compréhensible. Il voulait certainement passer là-dessus le plus vite possible. Quand il a écrit Mein Kampf, il a remanié les faits de son existence antérieure pour en donner une version plus présentable. Mentionner son voyage en Angleterre sans rien dire de la raison pour laquelle il l’avait entrepris aurait été fâcheux, et les raisons n’auraient pas fourni une bonne publicité au prophète allemand. Quant à se montrer reconnaissant pour l’hospitalité reçue, ce n’était pas son genre.

Mon beau-frère Adolf est resté avec nous de novembre 1912 à avril 1913, et je ne peux imaginer un hôte moins intéressant et moins agréable. D’abord il resta dans sa chambre, passant le plus clair de son temps à dormir ou à rester couché sur le sofa qui lui servait de lit. Je me disais qu’il était malade, tant il avait de vilaines couleurs et des yeux bizarres. J’étais plutôt désolée pour lui, en dépit de ce qu’Alois m’avait dit. Quand je lavais sa chemise -il n’avait pas de bagage avec lui-, le col était tellement usé et fatigué que ce n’était même pas la peine de le retourner. Je persuadai Alois de lui donner quelques affaires et le fait est qu’il ne fut pas du tout contrarié de le faire. En fait je pense qu’il aurait été plus que consentant pour aider Adolf si celui-ci n’avait pas été aussi râleur et difficile. Adolf prenait tout ce que nous faisions comme un dû et je suis sûre qu’il serait resté indéfiniment s’il avait reçu le plus petit encouragement dans ce sens.

En y repensant, je le trouve seulement faible et mollasson, mais je pense qu’assez curieusement il préférait ma compagnie à celle de mon mari. Après les premières semaines, il voulait souvent venir s’asseoir dans mon petit coin-cuisine, jouant avec mon bébé de deux ans pendant que je préparais nos repas. Je pensais qu’à ces moments il se sentait tout à fait chez lui. Habituellement il ne disait rien, mais restait juste assis, me parlant de temps à autre des plats que sa mère avait l’habitude de préparer.

Parfois il voulait parler de l’avenir. C’avait été une grande déception pour lui de ne pas avoir été admis à entrer dans l’académie des beaux-arts, ce qu’il avait tenté plusieurs fois. ‘La raison qu’ils m’ont donnée pour me refuser c’est que je ne savais pas peindre, mais si j’avais su pourquoi aurais-je dû aller à l’académie ? Et cet idiot de professeur’, se plaignait-il, ‘a dit que j’avais du talent pour l’architecture et non pour la peinture. Je sais que ce n’était qu’un prétexte. Il avait un préjugé contre moi. ‘ ‘Mais pourquoi n’apprenez-vous pas un métier, n’allez-vous pas en apprentissage ? Je ne pense pas que vous devriez devenir garçon d’hôtel comme Alois, mais vous pourriez faire quelque chose où vous pourriez tirer parti de votre goût pour l’art -la photographie par exemple. Ou bien pensez-vous réellement que vous devez être peintre ?’ ‘Oh je ne sais pas !’ répliqua-t-il d’un ton incertain. ‘Jusqu’à présent j’ai toujours pensé que j’avais les aptitudes pour devenir un grand peintre. Peut-être est-ce trop tard comme Alois me le dit’, soupira-t-il. ‘Peut-être a-t-il raison. Bien sûr, si j’avais une autre sorte de frère, quelqu’un qui ne soit pas aussi égoïste qu’Alois, il me donnerait assez d’argent pour vivre quelques années en développant mes aptitudes’.

Telle était l’une des dispositions qu’il manifestait devant moi. Et puis il y en avait une autre. De ce point de vue il ressemblait à mon mari, mais alors ils devenaient de plus en plus semblables, comme deux gouttes d’eau. Alois avait des cartes de tous les pays et était toujours en train de les étudier. Quand Adolf était chez nous, c’est ce qu’il faisait sans arrêt. Il les étendait sur les tables, ou à même le sol, et les mangeait des yeux pendant des heures et il n’hésitait jamais à interrompre mon travail ménager pour expliquer comment l’Allemagne allait prendre sa juste place dans le monde. D’abord viendrait la France, ensuite l’Angleterre. Naturellement je ne trouvais pas cette sorte de conversation très intéressante, mais quand j’essayais de m’éloigner il se mettait à crier, bien que je me sois rarement donné la peine le contredire. Il se mettait tout seul en rage, et continuait jusqu’à ce que l’enrouement ou quelque autre interruption le fît taire. J’attribuais cela en partie au plaisir d’entendre sa propre voix -une autre manie qu’il avait en commun avec mon mari- et en partie à un désir de me dominer.

En fait, je ne prêtais pas une grande attention à ses délires. Je suppose que je commençais à penser que les cris étaient un trait de famille -et alors, également, les amis proches d’Alois parlaient tous ainsi. Je dirai que cette attitude était typique de l’atmosphère générale de ce temps. Je ne répliquais qu’à l’occasion. Une fois je ne pus me retenir une minute de plus et j’explosai : « Vous avez un beau culot de venir ici comme vous l’avez fait et de dire ce que vous dites. Vous ne vivrez jamais assez vieux pour voir le jour où l’Angleterre sera détruite par l’Allemagne. Si jamais on en vient à combattre, il se pourrait plutôt que l’inverse se produise. De toute façon pourquoi donc prenez-vous un tel parti ? Vous et tous les vôtres êtes autrichiens, non allemands.’ Il me fixa comme si je lui avais cogné sur la figure. Pendant un moment il ne trouva rien à dire, mais son égarement passa bientôt pour faire place au plaisir d’avoir fait sortir un sujet britannique de ses gonds.

Quand Alois avait le temps, il décampait... pour Londres. Adolf fut enchanté par la Tower Bridge, et ils arrivèrent à entrer dans la salle des machines pour voir l’immense machinerie en mouvement. Alois avait une passion constante pour la mécanique et était heureux de trouver un compère pour ses excursions. Il montra à Adolf des compresseurs, des dynamos, des dragueuses de rivière et des intérieurs de bateaux. Quand ils rentraient, c’étaient des discussions infinies sur ce qu’ils avaient vu. Tous deux avaient un intérêt immense pour tout ce qui était anglais et ils ne cessaient d’aller voir des curiosités. Même si je ne veux pas dire qu’ils accumulaient de l’information pour un usage ultérieur, certainement, au moins dans leur subconscient, ils étaient les précurseurs des touristes qui plus tard devaient déferler depuis l’Allemagne nazie et rapporter des bribes dépareillées d’informations qui, mises ensemble, formeraient des plans complets.

J’estime tout à fait possible que la visite d’Adolf en Angleterre lui en ait donné l’idée. Sitôt qu’il connut le chemin, il commença à disparaître seul de la maison, ne revenant qu’à la nuit tombée. Il disait qu’il cherchait du travail, mais puisqu’il ne savait que quelques mots d’anglais et ne partait jamais tôt le matin, j’ai toujours pensé qu’il se contentait de se promener dans Liverpool ou contemplait le cours de la Mersey ou peut-être passait ses journées dans les bars fréquentés par des Allemands.

Un jour, il revint tout excité. « Ecoute, Alois », s’exclama-t-il. « On jouait l’hymne national bavarois sur la rivière. Tous les hommes enlevaient leur chapeau et se tenaient debout, attentifs. »

« C’est ridicule », commenta Alois. « Non, non, il y avait là beaucoup de gens, et tous montraient du respect ». Adolf commença à chanter « Vive notre roi, vive ! » Dès qu’il entendit l’air, Alois sourit : « Tu es fou, Adolf. C’est l’hymne national anglais. La musique est la même. Seules les paroles sont différentes. »

J’aimerais mentionner quelque chose d’autre. Je crois que c’(est chez moi qu’Adolf entendit parler pour la première fois d’astrologie. Ce sujet m’avait toujours intéressée. Je me rappelle que dans mon enfance ma mère me parlait des planètes. Elle me disait que quand nous venons au monde il y a certaines planètes au-dessus de notre tête. Certaines sont bonnes, d’autres mauvaises ; elles influencent toute notre vie. Je ne comprenais rein mais réclamais qu’elle continue. Comme elle n’en savait pas plus, je mis des années à satisfaire ma curiosité.

Peu avant, j’avais rencontré une Mrs Prentice, qui faisait des horoscopes. Mon mari dédaignait la chose, mais dès qu’Adolf en entendit parler il me pressa de lui donner des détails, jamais cependant en présence d’Alois... Il demandait à Mrs Prentice de lui faire son horoscope, encore et encore. Des années plus tard, quand mon beau-frère fut devenu célèbre, il y eut maints commentaires sur ses relations avec un astrologue ; on dit qu’il ne faisait jamais rien sans avoir consulté les aspects astrologiques des choses. J’ai repensé alors aux paroles en l’air par lesquelles je lui avais servi d’initiatrice pour cette passion absorbante. Un jour, Mrs Prentice fit un horoscope pour Pat. Elle prédit qu’il irait en Allemagne et apprendrait l’allemand. Je n’y ai pas prêté beaucoup d’attention sur le moment, mais il est curieux que ses prédictions se soient révélées exactes.

Fatigué de la présence d’Adolf, Alois suggéra qu’il aille en Amérique et alla jusqu’à lui offrir de payer son billet de bateau. Au début, Adolf fut enthousiaste, mais en peu de semaines son intérêt faiblit. Il dit qu’il devait d’abord apprendre l’anglais, car sans cela il serait incapable de vivre dans un pays de langue anglaise.

Alois répliqua que, si des milliers et des milliers d’Allemands allaient là-bas sans connaître la langue, Adolf le pourrait aussi. Adolf accepta de partir si Alois lui donnait assez d’argent pour vivre jusqu’à ce qu’il pût subvenir à ses besoins. Cela excédait les moyens d’Alois, même s’il l’avait voulu, de sorte que le projet tomba à l’eau.

Plus la visite durait et plus les relations entre les deux frères se tendaient. Naturellement, notre vie de famille en souffrait. Le logement était si étroit que c’était très difficile pour moi. Et je devais m’occuper de mon bébé.

C’est toujours facile de dire « dis-lui de partir », mais si absurde que cela puisse paraître, il n’y avait pas moyen de se débarrasser d’Adolf. Il s’était installé comme un invité permanent.

De temps en temps j’ai essayé de réfléchir aux qualités du jeune homme que j’ai connu alors, qui pouvaient laisser présager sa carrière ultérieure. En fait, le seul attribut personnel saillant qui me vienne à l’esprit est son incroyable persévérance. Il savait que nous voulions le voir partir -mon mari lui avait même offert de lui payer une chambre dans un hôtel- et pourtant il s’arrangeait pour rester.

« Je dois d’abord apprendre l’anglais », dit-il, mais il n’apprenait rien, bien qu’il fût tout le temps en train de lire -non pas des livres, mais de petits pamphlets imprimés en allemand. C’était cela, les livres d’Adolf. Je ne sais trop quel était leur contenu, ni leur provenance, mais je présume qu’il les tenait des Allemands qu’il fréquentait en ville. Alois devenait de plus en plus impatient à son égard, mais comment pouvait-il gérer la situation ? En fait il ne pouvait pas faire grand-chose sinon se montrer désagréable, et quand il perdait son contrôle Adolf répétait « tu ne peux pas compter que je parte avant que je puisse voler de mes propres ailes. Certainement ce n’est pas trop demander à un frère. »

Après des mois de cette situation,Alois eut une idée. Il informa son hôte indésiré que nous allions quitter la maison et la ville. « Mais alors que puis-je faire ? » demanda Adolf.

La fureur accumulée qui ravageait Alois au cours des mois passés s’exhala dans sa réponse : « Ce que tu peux faire ? Un jeune homme de presque 24 ans le demande ? Quand j’avais ton âge je dirigeais plus de vingt personnes au Ritz, à Paris, au troisième rang après le directeur de l’hôtel, et tu me demandes ce que tu peux faire ? Eh bien je m’en moque. Pour moi tu peux faire ce que tu veux. Va te pendre, comme tu m’as dit quand j’avais besoin d’aide. » Ses paroles finirent dans un cri aigu, presque hystérique, mais cet homme d’impulsions soudaines, dix minutes après, sortit son portefeuille. Ce geste signifiait, entre les deux frères, comme un traité de paix.

Alois paya à Adolf un billet pour l’Allemagne. Il n’y avait rien d’autre à faire. Pendant son séjour à Liverpool Adolf n’avait même pas appris assez de mots pour demander des renseignements à la gare. Il devait aller dans un pays où les gens parlaient la même langue qu’en Autriche. Il ne pouvait revenir dans son propre pays, car il aurait été arrêté. L’Allemagne semblait l’asile le plus sûr car mon mari avait appris en se renseignant au consulat d’Allemagne à Londres qu’il n’y avait pas de danger qu’Adolf fût extradé à partir de l’empire allemand. On lui avait dit que l’Allemagne n’extradait pas les réfugiés politiques ou militaires autrichiens, même s’ils étaient réclamés.

Les frères passèrent le jour suivant à choisir, parmi les villes allemandes, celle où Adolf essaierait de s’établir. Adolf n’avait aucune relation en Allemagne, mais Alois connaissait bien le pays, ayant travaillé comme garçon d’hôtel dans différentes villes, et il conseilla à Adolf d’aller à Munich car c’était dans tous les domaines -paysages, nourriture, manières vestimentaires, coutumes et particularités de langage- ce qui ressemblait le plus à leur Autriche.

Là, je m’arrête pour me poser une question. Aurais-je dû faire meilleure figure à Adolf ? Est-ce que cela aurait changé quelque chose au cours des événements, quand Adolf était à Liverpool ? J’étais jeune et insouciante. A coup sûr je ne me souciais pas de ce qu’il allait devenir. Si j’avais exercé mon influence sur lui, il est très possible qu’il soit resté en Angleterre. A cette époque, le pays était plein d’Allemands. Barbiers, coiffeurs, charpentiers, toutes les variétés de métiers qualifiés étaient représentées par des gens en quête de travail. Beaucoup de ces visiteurs s’installaient confortablement en Angleterre, pour ne jamais retourner sur le continent. Si j’avais insisté pour qu’Adolf apprenne l’anglais, au lieu d’exercer auprès de lui mon allemand balbutiant, il aurait pu partager leur obscurité. Quand je repense à son départ, je revois le visage maigre et pâle et les yeux hagards de mon jeune beau-frère, quand il m’embrassa rapidement ainsi qu’Alois avant de monter dans le train. Se penchant loin par la fenêtre tandis que le train s’ébranlait en quittant la gare, il criai quelque chose qui se terminait par « et plus tard je te rembourserai ! »

Je regardai mon mari étonnée, car je ne comprenais pas pourquoi il avait soudain rougi et se mettait en marche comme s’il voulait courir après le train en partance. « Qu’est-ce qui ne va pas ? » demandai-je. « Il a seulement dit que tu aurais ce qu’il te doit ». « Oui, répondit-il, mais c’est à double sens. Il a voulu me menacer, disant qu’on verrait ce qu’on verrait. Mais qu’ai-je à faire des menaces d’une pareille nullité ? »

Qui aurait prédit que cette « nullité » tiendrait un jour la vie de mon mari, la mienne, celle de mon fils -et en vérité celle de toute l’Europe- entre ses mains ?

discussion sur la validité du document

pour en débattre

le 26 avril 2009



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55