Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 297

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 300

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 321

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 324

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 327

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 331

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 349

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1104

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :La captivité de Reynaud et de Mandel : une vision nouvelle de l'Occupation
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Articles/docs

La captivité de Reynaud et de Mandel : une vision nouvelle de l’Occupation



Les révélations de Robert Courrier



Article inédit

Achevé le 27 décembre 2006, dans le cadre de la préparation du livre Qui a tué Georges Mandel ? (l’Archipel, 2008)

Robert Courrier est né en 1926. Son père Charles, commissaire de police, a été assassiné à la veille de la Libération et c’est en essayant de comprendre pourquoi qu’il a réuni les pièces d’un dossier palpitant. Il en a déposé un exemplaire à l’Institut d’histoire du temps présent et un autre aux Archives nationales, il y a une dizaine d’années dans les deux cas. Ces pépites sont présentées sur ce site pour la première fois. Elles appellent des recoupements avec d’autres archives, notamment allemandes : un travail que je n’ai pas le temps d’entreprendre à présent, et qui pourra l’être par tout lecteur de cet article.

Charles Courrier est chargé en septembre 1940 par le ministre de l’Intérieur de Vichy, Peyrouton, d’un certain nombre de prisonniers politiques dont les plus célèbres sont Paul Reynaud et Georges Mandel. Il accepte à condition de pouvoir rester proche de sa famille. C’est ainsi que Robert, un adolescent fureteur et féru de conversations avec les sommités désoeuvrées dont le hasard l’a rapproché, est aujourd’hui le dernier témoin de quelques épisodes hauts en couleurs de la vie politique et diplomatique française.

Aucun livre n’a encore été consacré aux internements de hautes personnalités par Vichy et, dans les pages ou au mieux les chapitres qui en traitent, on trouve un mélange flou entre les destins carcéraux de Mandel et de Reynaud, d’une part, ceux de Daladier et de Blum d’autre part. Or seuls les deux derniers ont été traduits devant la cour de Riom, pour avoir mal préparé la guerre. Un procès interrompu sur l’ordre de Hitler car il tournait à la réhabilitation du Front populaire au détriment des autorités chéries par Berlin. On omet souvent de se demander pourquoi Reynaud et Mandel, eux, n’étaient pas à Riom et pourquoi ils étaient, à la même époque, détenus sans jugement après avoir été condamnés, par décision personnelle de Pétain, à la déportation dans une enceinte fortifiée qui se révéla être le fort pyrénéen du Portalet. Le dossier de Robert Courrier répond à ces questions, et permet d’en poser bien d’autres.

Tout commence le 31 juillet 1940, lorsque le Journal officiel de Vichy annonce la création d’une cour de justice spéciale, devant laquelle devront être déférés les "responsables de la guerre et de la défaite". J’ai exposé longuement le contexte de l’affaire dans mon livre sur Montoire. Pétain cherche alors à séduire l’Allemagne -qui ne répond guère à ses avances- en espérant adoucir par là le traité de paix, au détriment de l’Angleterre que Churchill maintient (aux yeux de Pétain s’entend) dans une infantile obstination. Il s’agit donc de faire amende honorable de la déclaration de guerre elle-même -à laquelle un Reynaud et un Mandel, qui s’étaient opposés en septembre 1938 à la politique qui allait conduire aux accords de Munich (avant de rentrer dans le rang) étaient réputés avoir poussé plus fortement que Daladier, maître d’oeuvre et signataire de ces mêmes accords (et soutenu à cet égard par Blum, fût-ce en faisant état d’un "lâche soulagement").

Tel est le contexte de la création, en août 1940, de la cour spéciale de Riom. Sur ces entrefaites, Reynaud est arrêté, ainsi que Blum, Daladier et quelques autres moindres seigneurs, tandis que Mandel, arrêté depuis juillet à la suite de l’équipée du Massilia, est maintenu en détention. Cependant, leur régime n’est pas l’incarcération, mais la "détention administrative", en vertu d’une ordonnance du 3 septembre qui donnait ce pouvoir au gouvernement envers n’importe quel citoyen.

Cependant, le traitement des prisonniers diverge rapidement. Ainsi, après un regroupement de tous les détenus de marque au château de Chazeron, Daladier et Blum sont transférés à Bourrassol -une bourgade proche de Riom- tandis que Reynaud et Mandel logent à partir du 27 septembre dans un hôtel, à Pellevoisin.

Ils y sont encore le 13 décembre, lorsqu’un événement politique entraîne leur brusque départ : l’expulsion de Laval du gouvernement, suivie de son arrestation. Le ministre de l’Intérieur Peyrouton en est l’un des maîtres d’oeuvre et le gouvernement s’attend à une vive réaction de l’Allemagne, puisque dans les semaines précédentes Laval apparaissait comme le ministre qui poussait le plus activement à la collaboration, y compris sur le plan militaire : il causait avec les Allemands de projets à court terme pour la reconquête du Tchad, passé en juillet à de Gaulle -une action qui, même entreprise par des forces uniquement françaises, se serait sans aucun doute heurtée à une réaction anglaise (j’ai mis en évidence dans le livre cité le fait que la politique de collaboration, au moment de Montoire, était commune à tout le gouvernement mais que Pétain, ne voyant pas venir au bout d’une quinzaine les dividendes attendus mais au contraire une confirmation provocatrice de la germanisation de l’Alsace-Lorraine, avait pris ses distances à partir du 7 novembre ; on peut dater de ce jour le début de sa brouille avec Laval comme de sa conception "strictement économique" de la collaboration).

Dans le travail de Robert Courrier, Peyrouton apparaît fort attentif à la sécurité des internés de Pellevoisin, un bourg proche de la ligne de démarcation. C’est ainsi qu’il téléphone à Charles Courrier, le 31 décembre, de se mettre en route immédiatement vers le sud, en un cortège automobile. Ce périple a fort peu retenu l’attention des historiens, mais Robert Courrier en a des souvenirs précis. Reynaud et Mandel, libres de leurs mouvements (le commissaire avait alors avec eux une relation confiante et savait qu’ils ne tenteraient point de fuir ; en revanche, il avait exigé et obtenu de deux personnalités de rang moindre, pressées d’obtenir leur libération, leur "parole d’honneur" de ne pas s’évader) étaient optimistes et Reynaud apparaissait même tout guilleret. Il est vrai qu’on leur avait annoncé que leur destination était Marseille, en vue d’un départ immédiat pour l’Afrique du Nord. Ils se voyaient déjà revenir au gouvernement, après avoir fait la paix avec Pétain et l’avoir entraîné lui-même en Afrique.

Le carrosse se transforme en citrouille à Aubenas, l’unique étape avant l’embarquement marseillais. Le coup de fil que Courrier adresse, comme convenu, à Peyrouton (à l’origine, pour connaître le quai de Marseille où un navire devait attendre le convoi), voit le ministre bloquer les voyageurs sur place, en vertu d’un ordre de Pétain qui vient de s’entretenir avec son ministre Jacques Chevalier. C’est l’inconfort hôtelier de la ville qui dictera la destination finale, Vals-les-Bains, où les captifs resteront jusqu’à l’automne.

Tous les protagonistes ont tu cet épisode, à l’exception toutefois de l’ancien ministre des Finances du Front populaire qui devait être aussi le second président de la Quatrième République, Vincent Auriol. Il ne craint pas d’écrire dans ses mémoires en 1945 :

Dans l’après-midi du 31 décembre, les inspecteurs nous transmettent l’ordre de préparer nos valises. Ils nous disent confidentiellement : « Nous devons être dirigés vers le midi. Le gouvernement ne veut pas céder. Les Allemands vont occuper toute la France. Le maréchal et sa suite s’établiront en Algérie. On nous conduit à Marseille. De là nous prendrons, nous aussi, le bateau. » Telles sont les nouvelles apportées par nos surveillants. (...) Toute la nuit du 31 décembre, toute la journée du 1e janvier, notre cortège circule à travers la France. (...) Arrivés à Aubenas le 1er janvier à minuit, nous apprenons que M. Pétain a cédé et que le règne de Vichy continue. (...) « Quelle occasion perdue ! dit tristement Paul Reynaud, si le gouvernement était allé en Afrique, nos troupes coloniales, notre aviation, notre marine pourraient prendre à revers les armées de Mussolini, les anéantir et avoir, à portée de la main, le complice d’Hitler. Hélas ! »

Ces éléments sont recoupés par un rapport de Knochen, chef des SS en France, daté du 28 décembre 1940 et adressé à l’ambassadeur Abetz, suivant lequel "Pétain est disposé à s’exiler ’à tout moment’ à Alger ; les archives les plus importantes des ministères seraient déjà emballées, voire en partie en route, alors que les officiers démobilisés doivent se tenir prêts, comme la flotte." Abetz lui-même, qui visiblement ignore tout de ce voyage, écrit à Hitler le premier janvier : « Des bruits disent qu’un groupe de ministres essaie d’engager la maréchal et le gouvernement à partir pour Alger. »

Voilà un secret des mieux gardés, et on comprend pourquoi :

-deux témoins, qui n’auraient sans doute pas eu plus que Vincent Auriol leur langue dans leur poche, sont morts, d’ailleurs à quelques semaines d’intervalle, à l’approche de la Libération : Charles Courrier, tué par un mystérieux commando en septembre 1944 dans la région de Dijon, et Georges Mandel, liquidé par la Milice [1] juillet près de Fontainebleau ;

-Paul Reynaud s’est composé dès le lendemain de la guerre un personnage d’anti-pétainiste farouche et continu. Autant sa captivité plaidait en faveur de sa thèse, autant cette presque libération, assortie d’une presque reprise de la lutte anti-allemande, qui supposait son retour au gouvernement et peut-être même à la tête de celui-ci, par la grâce de Pétain et la vertu de son ressaisissement, fait « désordre » ;

-les pétainistes eux-mêmes, qui auraient semblé avoir intérêt à révéler ces faits pour redorer leur blason de patriotes, n’auraient pu le faire qu’en entrant dans des détails gênants : Pétain s’était ravisé sur une simple objurgation d’un récent et obscur ministre, Chevalier (Robert Courrier suppose ici un contact récent entre Chevalier et le ministre anglais Halifax, en instance de départ pour l’ambassade de Washington, et une désapprobation du transfert de Pétain en Afrique par Roosevelt en personne ; quoi qu’il en soit, Chevalier met bel et bien en avant sa vieille amitié avec Halifax et, Churchill ayant ce même 31 décembre adjuré le gouvernement de Vichy de passer en Afrique, nous avons là un épisode inédit et crucial du duel serré entre les pacifistes et autres attentistes britanniques, et un Churchill entravé par leurs intrigues, à une date étonnamment tardive) on ne pouvait donc rien fonder sur lui et on jouait le sort de la patrie sur des coups de dés, bien loin de la sagesse et du réalisme dont le régime de Vichy, toutes tendances confondues, préféra se prévaloir à la Libération. Ce vichysme-là avait trop l’air d’une caricature de gaullisme, aussi tardive que velléitaire, il valait mieux l’enfouir dans un pieux oubli plutôt que de rehausser par comparaison les réflexes, l’esprit de décision et la réussite de l’original.

Mais les révélations ne s’arrêtent pas là. Hitler, tout d’un coup, s’intéresse aux captifs ou du moins à certains d’entre eux. Il dit vouloir obtenir la mise en jugement, et la condamnation à mort, de Reynaud et de Mandel pour « bellicisme » -alors que Pétain, de son côté, prépare à Riom un procès contre les dirigeants du Front populaire, principalement Blum et Daladier, pour avoir mal préparé la guerre. Pétain aimerait au contraire libérer Mandel et Reynaud, dont la mise en jugement et plus encore l’extradition, elle aussi réclamée par Hitler, serait un camouflet pour l’Angleterre, également très mal vu à Washington. Le maréchal voudrait libérer discrètement ses encombrants captifs... mais lorsqu’il élargit leur compagnon de captivité Marx Dormoy, ancien ministre de l’Intérieur de Blum, un mystérieux commando venu de Paris l’assassine prestement à Montélimar, en juillet 1941 ! La main de Hitler ne fait, pour Robert Courrier, aucun doute, et sa démonstration emporte l’adhésion. On ne voit pas des collaborateurs parisiens aller de leur propre chef défier la police de Pétain en zone sud et tuer par simple rancune un Juif qui avait démantelé la Cagoule. En revanche, par cet acte que Pétain est à même de comprendre parfaitement, Hitler engage un horrible chantage : s’il ne marche pas droit, c’est Mandel et Reynaud qu’on va lui tuer, et il sera déshonoré à jamais pour n’avoir pas su protéger de l’ennemi les politiciens de haut rang que celui-ci réclamait.

On savait que Pétain avait prononcé le 12 août 1941 le discours assez sibyllin dit du « vent mauvais », annonçant la création d’un nouveau conseil de justice. Voilà qui l’éclaire parfaitement. Obsédé par l’idée de mettre à l’abri ses deux encombrants captifs, il les condamne en octobre à l’emprisonnement dans une « enceinte fortifiée ». C’était là une demande de Hitler, à défaut d’extradition, pour renforcer la surveillance car les Anglais avaient alors tout moyen de les faire évader si on persistait à les garder dans un hôtel. Mais Pétain choisit le fort du Portalet, une bâtisse pyrénéenne jouxtant la frontière espagnole ! L’évasion devient certes impossible, mais non la mise à l’abri des deux personnalités en Espagne à la moindre menace de mainmise allemande, à une époque où Franco commence à prendre quelque distance avec le Reich.

Le dernier acte (avant l’assassinat, déjà relaté, de Mandel) est l’invasion de la zone sud française, le 11 novembre 1942. On sait qu’alors l’Allemagne se saisit des deux hommes politiques et les transfère chez elle. Mais on se demande rarement pourquoi ils n’ont pas été mis à l’abri, par les Français, en Espagne, puisque telle était la raison du choix d’un lieu de détention frontalier. La réponse est dans l’effet de surprise : leur saisie est l’un des tout premiers actes de nouveaux occupants ! Depuis Bordeaux Knochen fond sur le Portalet, gardé par 60 gendarmes, avec un millier de SS, et le piège se referme dès le début de la matinée du 11.

Une fois de plus Pétain est pris de vitesse. Or en considérant ces faits on tient une explication de ce qui demeurait à ce jour mystérieux : pourquoi ne passe-t-il pas alors, enfin, en Afrique du Nord ? Souvent on prétend qu’il n’aimait pas prendre l’avion, ce qui est faux. L’achat, par une nouvelle acceptation de l’inacceptable, de la vie sauve pour Reynaud et Mandel est une explication peut-être incomplètement démontrable aujourd’hui (car on n’a pas de document montrant un SS qui délivrerait le message, en clair, à Laval ou à Pétain), mais pour être tardive elle n’en est pas moins la première qui soit plausible.

On peut la combiner avec une différence de taille par rapport à la situation de décembre 1940 : la position géographique de Laval. Le 13 décembre 1940, il est à la merci de Pétain, qui le fait arrêter... et le laisse bêtement délivrer par Abetz le surlendemain. Le 11 novembre 1942, il est en Allemagne, où Hitler l’a convoqué sans avoir rien à lui dire ! Ainsi, Pétain, s’en allant, laisserait derrière lui un gouvernement mis en place par lui et contrôlant bien des choses. Contrairement à lui, Hitler tire les leçons de l’expérience, et mouille la poudre d’un « nouveau 13 décembre » mijoté de toute évidence par Pétain et son entourage.

On mesure l’intérêt extrême de ce corpus, non seulement pour l’histoire intérieure de Vichy mais pour celle du nazisme. Il devrait inciter les historiens qui, en 2006 encore, ont accumulé les ouvrages traitant séparément de l’un et de l’autre, à les étudier résolument de front. Autant il reste juste de dire qu’un fameux livre de l’Américain Robert Paxton, en 1972, a dépoussiéré et stimulé les études sur Vichy, autant il convient de remarquer et de retirer les oeillères qu’il leur a mises en prétendant que, la première année au moins, Hitler avait laissé à ce régime une ample marge de manoeuvre, en se désintéressant de sa politique intérieure. Car enfin, imagine-t-on un conquérant sérieux qui s’assure, par une campagne-éclair, de la possession des ressources de la grande puissance voisine, une rivale héréditaire, et réinvestit ces ressources dans d’autres aventures, sans la contrôler de près ? La vision paxtonienne postule donc, si on daigne y réfléchir, que Hitler n’était pas un conquérant sérieux mais un aventurier brouillon, longtemps servi par une chance insolente.

Tout au contraire, ce dossier fait apparaître (après bien des études jusqu’ici marginalisées) un sombre perfectionniste, dont la qualité maîtresse, déjà à l’oeuvre dans la seconde moitié des années 20 quand il s’agissait de canaliser l’ascension du parti nazi, est sans doute sa capacité de faire concourir à des buts connus de lui seul un grand nombre de bonnes volontés qui s’ignorent. Encore et toujours, le principal maître de cet autodidacte a bien l’air d’être Richard Wagner. Il concocte une "oeuvre d’art totale" en donnant un rôle au moindre chanteur, au plus petit effet mélodique ou scénique.

Quant à Pétain, il apparaît ici comme un homme d’honneur... capable du plus grand oubli de l’intérêt de l’Etat, au nom de ce même honneur, dont la conception lui est subtilement dictée par l’ennemi. Rétrospectivement, son devoir est clair : il n’avait pas à s’occuper de la survie de Mandel et de Reynaud, puisqu’il n’y pouvait rien... et d’ailleurs, si le chantage n’avait pas fonctionné, Hitler, dont aucun crime n’était gratuit, les aurait probablement oubliés. Inversement, dans l’éclairage de ce dossier et même si les détails de ses raisonnements nous échappent, il apparaît que Hitler a fait tuer Mandel à titre d’ultime menace, pour faire tenir Pétain tranquille au lendemain du débarquement de Normandie et le contrôler jusqu’au bout. Car il lui restait alors en Allemagne en sus de Reynaud, comme otages de premier plan, Blum, Daladier et Weygand. Tous hommes dont la survie était précieuse pour "démontrer", même si c’était absurde, que la docilité de Pétain "sauvait" quelque chose.

le 9 septembre 2011

[1] J’ai changé d’avis sur ce point peu après le 27 décembre 2006, date de fin de rédaction de l’article... dans la suite duquel je parle d’ailleurs d’un "crime allemand", ce qui n’est pas très cohérent. Grâce notamment à F. Le Goarant de Tromelin, fin connaisseur des arcanes de la Milice, j’ai pu établir que, si tout ou partie des membres du commando assassin avaient leur carte de miliciens, ils dépendaient plus directement et plus étroitement des autorités d’occupation, représentées tout près de la scène du crime par Julius Schmidt, l’adjoint de Knochen (chef du SD en France). (note du 30 septembre 2011)



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26